"Tireur fou": vive la vidéo surveillance?

Façon de penser Jeudi 21 novembre 2013

Réécoute
"Tireur fou": vive la vidéo surveillance?
Abdelhakim Dekhar surnommé "le tireur fou" a été arrêté dans la nuit de mercredi à jeudi, en partie grâce aux images de vidéo surveillance. Alors, faut-il choisir entre sécurité ou liberté ?

 

C'est en partie grâce aux images vidéo - entre autres témoignages et tests ADN - que le suspect a pu être arrêté.

 

 

 

Dans ce genre de cas, on est donc soulagé de savoir qu'il y a des vidéos partout. Et pourtant, on a aussi l'habitude de se plaindre de la présence de caméras de surveillance, en les voyant comme une atteinte aux libertés individuelles exercée par un Etat "policier". Il faudrait savoir ce qu'on veut !

 

 

 

 

Faut-il choisir entre liberté et sécurité ?

En tout cas, cette omniprésence des caméras rappelle furieusement ce que dit Michel Foucault dans Surveiller et punir, lorsqu'il décrit la prison idéale imaginée au début du XIXème siècle par un autre philosophe, Jérémy Bentham: le "panopticon" - en grec, "voir partout".

 

 

 

 

Ou l'on découvre que le meilleur moyen d'enfermer les gens n'est pas de les mettre à l'ombre, mais en pleine lumière :

La visibilité est un piège.


 

Précisions dans la chronique façon de penser de Gilles Vervisch.

 

> Retrouvez toutes les chroniques "Façon de penser"


> Abonnez-vous au podcast : RSS et iTunes

Commentaires