Tila Tequila Über Alles

L'édito Mercredi 11 décembre 2013

Réécoute
Dernières diffusions
Tila Tequila Über Alles
Dérive ultime de la génération télé-réalité: une starlette dévoile son penchant soudain et immodéré pour le nazisme...

 

C'est la transgression ultime, symbole de la dérive profonde que peut générer tout ce que la télévision charrie de plus lamentable: Tila Tequila, ex-mannequin de charme, chanteuse et surtout starlette du petit écran américain, vient de faire une étonnante déclaration d'amour à... Adolf Hitler.

Oui Madame, celui-là même qui a mis l'Europe à feu et à sang, à qui la jeune femme, auto-rebaptisée Hitila, vient de rendre un hommage vibrant, résumé par la photo ci-dessous, postée à l'origine sur Facebook, promptement retirée par le réseau mais déjà recopiée à l'infini sur le Net.

Notez l'arrière-plan, clou ultime enfoncé à coups de masse dans la voûte plantaire du Bon Sens.

 

Le tout se passe presque de commentaire, tellement cela nous emmène aux confins de la démence. C'est d'ailleurs l'une des pistes très sérieusement envisagées par les sites d'infos pour expliquer le cliché, Tila Tequila ayant subi une rupture d'anévrisme l'an passé, annoncée comme étant sans séquelle.

L'étonnement produit par la photo, et le texte qui va avec, est d'autant plus grand que la jeune femme avait annoncé, il y a deux ans, sa conversion au judaïsme. Visiblement, l'ambiance a changé de ce point de vue là.

Et GROBIZOUS, hein, surtout.

 

On passera sur la diatribe antisémite qui accompagne la photo, qui ne tranche pas foncièrement avec le verbiage néo-nazi classique. Les néo-nazis qui, d'ailleurs, n'accueillent que tièdement ce ralliement à leur cause, qui les interroge beaucoup.

C'est un epiphénomène, c'est certain, au final on s'en cogne qu'une pauvrette qui ne doit finalement sa célébrité qu'à du vent se découvre une passion pour le nazisme. Mais n'oublions pas que tous ces infra-people que créé la télé-poubelle ont un public, et donc un pouvoir de nuisance décuplé.

Rien que ça, c'est suffisant pour qu'on s'en inquiète.

Thomas Rozec

 



> Tous les éditos de Thomas Rozec

> Abonnez vous au podcast, RSS et iTunes

Commentaires