Thomas Pesquet, astronaute

C'est quoi ta journée? Mercredi 07 mai 2014

Réécoute
Thomas Pesquet
À 36 ans, Thomas Pesquet sera le prochain astronaute français dans l'espace. Avant son décollage en 2016, il s'entraîne intensément et déroule son mercredi robotique à Montréal.

 

Thomas Pesquet est spationaute. Il est aussi ingénieur, spécialisé en technique des véhicules spatiaux et pilote de ligne.

Il y a cinq ans, il a été sélectionné par l'Agence spatiale européenne parmi 8 500 candidats pour devenir l’un des six nouveaux astronautes européens. Son entrainement théorique et pratique a débuté au Centre des Astronautes Européens.

 

Son diplôme en poche, Thomas Pesquet sera le dixième astronaute français à partir dans l’espace.

Sa première mission spatiale est prévue en 2016. La mission sera longue, de trois à six mois et se déroulera à bord de la Station spatiale internationale.

D’ici là, Thomas Pesquet garde la tête froide mais s’entraine intensivement. Il nous déroule son mercredi fait de sport matinale, d'étude de la théorie des systèmes et de quelques heures en simulateur. Un simulateur un peu spécial, dans lequel il s'entraîne à manier un bras électronique de 17 mètres !


A Montréal, on va s'entraîner à la robotique puisque les Canadiens sont experts en ce domaine. On a un bras robotique qui fait 17 mètres à l'extérieur de la station, qu'on pilote en trois dimensions. Et c'est comme tout dans la station, ça s'étudie pour être prêt à l'utiliser dans l'espace.


 

Et si on lui avait dit il y a dix ans qu'il se retrouverait dans cette situation, il y aurait cru ?

Pour moi, ça aurait été de la science-fiction la plus totale, je pensais que les astronautes c'étaient des Superman qui étaient pas comme nous. Mais non, au final, il suffit de beaucoup travailler, d'y croire et d'avoir un peu de chance et puis c'est possible !


 

Suivre Thomas Pesquet sur Twitter.


 

> Réécoutez toutes les émissions

> Abonnez-vous au podcast, RSS et iTunes

>  Suivre Aurélie Champagne sur Twitter

Illustration de couverture : © esa.int.fr

Commentaires