T'es motivé, toi ?

le Reportage de la Rédaction Mercredi 05 mars 2014

Réécoute
Dernières diffusions
T'es motivé, toi ?
Le soleil revient, l’hiver, qui n’a pas eu lieu, s’en va : c’est bientôt le printemps, la saison des amours, et, pour des milliers d’étudiants, celle des concours, avec son lots de dossiers, d’entretiens de motivation. Et de nuits blanches.

Certains étudiants s’y préparent depuis des mois. Objectif : après le bac, ou un premier diplôme, intégrer l’une des filières sélectives accessibles sur concours. Médecine, orthophonie, paramédicale, beaux-arts. Mais aussi administration, écoles d’ingénieur ou de commerce, réputées pour leurs concours difficiles et leurs entretiens casse-gueule, et qui recrutent souvent après deux ans de bachotage acharné dans une classe préparatoire.

Cinq ans après le bac, ces écoles, héritières supposées de la grande tradition méritocratique française, promettent un avenir radieux parmi l'élite de nos dirigeants.

 

Au programme : nuits blanches, khôlles tard le soir, emploi du temps minuté. Peu de place pour les sorties ou un amour d’hiver. Et de la volonté. Beaucoup, beaucoup de volonté.

Repérer les points faibles

Pour mettre toutes les chances de leur côté, ces étudiants sur-motivés (et parfois un peu stressés) s’inscrivent parfois à l’un des nombreux stages intensifs qui fleurissent sur la toile. Jean-Cyrille Georges a fondé Auxconcours.com, un établissement privé qui propose ce type de stages aux lycéens et aux étudiants.

>> Jean-Cyrille Georges, fondateur d’Aux-concours.com : 

 

Lui-même confie que ça ne garantit pas une réussite à 100%, mais que son offre de formation (qui comprend des cours, des simulations d’entretien de motivation, notamment le week-end ou pendant les vacances) permet au moins de cibler les points faibles des candidats… et, parfois, de leur redonner confiance en eux.

Investir pour l’avenir

Comptez 840 euros pour un stage de huit jours pour préparer le concours SESAME, ou 1.120 euros pour deux semaines de préparations au concours de Sciences Po. En somme, un investissement pour l’avenir. Mais pas pour toutes les bourses.

Ludovic Pauchant

Crédit Photo :
PaternitéPas d'utilisation commercialePartage selon les Conditions Initiales Certains droits réservés par TempusVolat
Paternité Certains droits réservés par Praziquantel

Commentaires