Survivre aux festivals de musique

Rien à voir Lundi 28 juillet 2014

Réécoute
Survivre aux festivals de musique
Les festivals, c'est l'enfer. On fait la queue mille ans pour uriner dans des toilettes sèches, on dort dans des conditions déplorables... Mais surtout on prend des risques mortels. Surtout si on pratique le headbanging.

Si vous décidez de vous rendre à un festival de musique cet été, de grâce, allez voir de la musique calme. N'importe quoi qui ne vous donnera pas envie de headbanger. Le headbanging, ce sont des mouvements de flexion et d'extension de la tête, un secouage de cheveux qui a fait la gloire des métalleux.

 

Attention la tête

Anecdote : En Allemagne, un homme de 50 ans a été hospitalisé en neurochirurgie après deux semaines de maux de tête terribles. Les examens biologiques sont normaux, les équipes médicales ne savent pas quoi conclure.

L’homme n’a aucun antécédent. En cherchant bien, il rapporte tout de même avoir pratiqué le headbanging a un concert du groupe Motörhead.  Catastrophe, ce monsieur a headbangé si fort qu’il s’est fait un hématome dans la tête.

Et ce n’est pas un cas isolé. Il s’en est même plutôt bien sorti : les médecins affirment qu'il aurait pu se sectionner la carotide ou même se faire un coup du lapin. Allez voir Vincent Delerm par exemple. Ou Fauve. C’est plus sûr.

 


 

 Retrouvez Elodie Emery sur Twitter

> Retrouvez toutes les chroniques

> Abonnez-vous au podcast, RSS et iTunes

Commentaires