Sur Twitter, le grand n'importe quoi du provocateur du cyclisme

Va y avoir du sport Mardi 05 août 2014

Réécoute
Sur Twitter, le grand n'importe quoi d'un homme fort du cyclisme
Oleg Tinkov, propriétaire de l'équipe Saxo Bank, est un personnage qui détonne dans le monde du sport. Sorte de Bernard Tapie russe, il s'est fait remarquer par son utilisation très particulière de son compte Twitter. Ses tweets alternent entre "I want sex", critiques des stars du vélo et dérapages misogynes ou homophobes.

Depuis des mois, je me suis lancé dans une quête : trouver le sportif qui raconte le plus insupportable sur Twitter. Souvent je me suis égaré, j’ai suivi des fausses pistes.

J’ai prêté trop d’attention au footballeur Joey Barton. Mais il faut me comprendre : un jour, il a traité un adversaire de transsexuel en surpoids.

J’y ai cru quand Zlatan Ibrahimovic s’est créé un compte et qu’il a demandé à Twitter de changer ses règles parce que « Zlatan a besoin de plus de 140 caractères ». Et puis, j’ai découvert que tout ça n’était qu’une vilaine opération marketing.

Le vrai sale type numérique

Mais ça y est, c’est bon, j’ai trouvé la perle rare, le roi du n’importe quoi, le vrai sale type numérique.

Si vous suivez le sport de très loin, vous ne le connaissez sans doute pas mais il est très célèbre dans le milieu du cyclisme.

Il s’appelle Oleg Tinkov, il est russe, c’est le patron de l’équipe Saxo Bank.

 

Il s’est fait remarquer cette semaine parce qu’il a fait une blague : à 10 000 retweets, a-t-il écrit, j’engage Lance Armstrong dans mon équipe. Pas mal. Mais vous allez voir, il a fait bien plus fort que ça.

La recette de sa bière trouvée sur le parchemin d'un ancêtre

Dans la vraie vie, Tinkov est un type provocateur et excentrique. Un fils de mineur de Sibérie, qui est devenu millionnaire en rachetant des entreprises et en lançant notamment sa propre marque de bières.

Déjà, il raconte qu’il a trouvé la recette de sa bière sur un parchemin appartenant à un de ses ancêtres qui vivait à l’époque de Pierre Le Grand. Oui, oui, le mec est vraiment barré.

Cette brasserie, c’est une information importante à avoir en tête parce qu’on peut imaginer que les vapeurs de houblon ont une incidence sur ses tweets.

Dans la vraie vie, Tinkov parle fort, avec arrogance, il recrute d’anciens dopés. Alors sur Twitter

La "méthode Tinkov"

  • Se comporter comme si on était en état d’ébriété permanente

 

Poster des selfies la langue tirée, écrire « I want sex » en plein après-midi, s’afficher le regard libidineux à côté de filles à moitié à poil ou encore écrire le tweet suivant quand entame une bouteille de vin :

Viens de m’ouvrir un Romanée Conti 1962. Fatigué de vous tous, les cons.


 

  •  Pourrir à peu près toutes les stars du vélo.

 

Alberto Contador ?

Il est trop riche et il n’a pas faim.


 

Quand l’Espagnol dit qu’il est trop fatigué pour courir la Vuelta, Tinkov tweete :

« Ouais mais il n'est pas fatigué de recevoir chaque mois un chèque ENORME. » (Ecrit en capitale parce que le Russe voit les choses en grand)

Quand Froome remporte le Tour de France, le Russe l’accuse de dopage. Il tweete :

Je suis trop grand pour croire au conte de fées.


 

  • Beaucoup d’humour potache, surtout si c’est misogyne, raciste ou homophobe.

 

Un jour, il a par exemple proposé de sponsoriser une équipe féminine, à condition de pouvoir choisir, je cite, « des pétasses aux longues jambes ».

Quand un internaute danois se plaint, il répond :

Les Danois n’ont pas d’humour, ce qui explique leur taux de suicidé élevé.


 

Il a même fini par parler du mariage gay pour sortir un tweet immonde :

Les garçons peuvent-ils épouser une vache maintenant en France ?


 

Lui répondra que tout ça ce n’est que de l’humour puisque il a un jour tweeté sa définition d’Internet, à méditer :

Internet, ça ne sert que pour le porno et pour s’amuser.


 

Si quelqu’un veut se dévouer pour lui montrer que le web est rempli de choses intelligentes, je vous mets en contact. 

Imanol Corcostegui


 

> Retrouvez Imanol Corcostegui sur Twitter

> Retrouvez toutes les chroniques sportives du Mouv'

> Abonnez-vous au podcast RSS et iTunes

Commentaires