Super Mario Sarthe

le Reportage de la Rédaction Jeudi 22 août 2013

Réécoute
Dernières diffusions
Super Mario Sarthe
Balancer des tortues, éviter les bananes, choper une étoile d'invincibilité et ratatiner ses adversaires... Le grand délire psychédélique de Super Mario Kart a aussi ses championnats du monde. On s'affronte sur Super Nintendo et ça se passe jusqu'au 24 août à la Suze-sur-Sarthe. Sans rire.

 

Cliquez juste au dessus pour monter dans le kart d'Axelle Labbé, de la rédac' du Mouv'.

Souvenez vous. Vous aviez tanné vos parents pendant des mois : flâterie ostensible, chantage affectif, falsification de bulletins scolaires... Et un beau jour elle était là, rutilante sous le téléviseur. Vous faisiez enfin partie du cercle très fermé des possesseurs de Super Nintendo.

Welcome back in 1993 © Sébastien Sabiron, Le Mouv'
 
Vingt ans plus tard, la console 16 bits de Nintendo tient le haut du pavé en matière de rétrogaming. Les mouflets d'alors se sont laissés pousser le bouc, mais n'ont pas laché Super Mario Kart. Ecoulé à huit millions d'exemplaires dans le monde, le hit de la Super NES a sa Fédération française, organisatrice depuis trois ans des Championnats du Monde de la discipline.  

Cette année, le plombier moustachu a choisi La Suze-sur-Sarthe pour brûler la gomme de son kart. Une commune de 4.100 âmes à deux pas du circuit des 24h du Mans.
  
La Suze : son clocher, sa soirée 80's et Super Mario Kart © Sébastien Sabiron, Le Mouv' 
 
Installés pendant quatre jours dans la salle des fêtes, les 36 participants (dont deux filles) du contest dorment peu et s'astreignent à un régime très strict : bière, Nutella, rillettes. Pour la plupart la trentaine bien sonnée, les champions viennent équipés de leur manette perso. Et ils ont un secret pour éclater les timings :
 
Cliquez sur le player pour connaître la bidouille ultime © Axelle Labbé, Sébastien Sabiron, Le Mouv'

 

 
 
 
 
 
 
 
Et ils viennent de loin les pilotes. Tagachi, 28 ans, a fait le voyage depuis le Japon spécialement pour le championnat. 
 
Yokohama/La-Suze-sur-Sarthe, ça fait quand même une trotte, alors il en a profité pour voir la Tour Eiffel. Vite fait.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


Le tenant du titre est anglais : Sami Cetin, Londonien pur jus. Dans le milieu, Sami est une légende vivante. Le bougre a carrément sa page Wikipedia, encore plus plus fournie que celle de Jésus Christ. Bon en fait, c'est un wiki spécial gamers.
 
 
Cette année, Sami se la joue relax. Il remet son titre en jeu sans pression et ne vise pas spécialement de résultat.  
 
 
 
 
 
 
Depuis 1993, la licence Super Mario Kart  se décline sur toutes les consoles du géant japonais. Alors pourquoi s'échiner à y jouer sur l'antique version SNES ? Parce que c'est la meilleure, bon sang de bois !
 
Explications de Guillaume Leviach, président de la Fédération Française SMK :
 
Super Mario Kart sur SNES : 20 ans et pas une ride © Axelle Labbé, Sébastien Sabiron, Le Mouv'

 

Pas question non plus de louer des écrans plats pour le championnat, une très légère latence rend le jeu "injouable" au regard des puristes.

Pour finir un run sous la barre symbolique de la minute, les pilotes s'entrainent jusqu'à sept heures par jour et rivalisent de "tricks" pour chopper plus de "boosts". Inclus dans le jeu dès sa sortie par les programmateurs, les petits secrets de SMK n'ont sans doute pas tous été découverts, les joueurs ayant seulement commencé à se les échanger dans les années 2000 avec la généralisation du ouèbe mondial.

 

                                 Rétrotunning © Sébastien Sabiron, Le Mouv'

 

Avant de remiser le kart au garage, on veut bien vous filer quelques tuyaux de pros. Dans le choix des personnages, privilégiez Mario, Donkey Kong ou Bowser le dragon. En revanche évitez la princesse Peach, beaucoup trop lente. Et puis vous connaisez le proverbe, "femme au volant..." Ca va, on décoooooonne ! 

 

Suivez Sébastien Sabiron sur Twitter : (@sebsabiron)


Commentaires