Vie privée : deux poids, deux mesures

L'actualité numérique Lundi 14 octobre 2013

Réécoute
Vie privée : deux poids, deux mesures
Sur Facebook et Google, les atteintes à la vie privée (ou ce qu'il en reste) se poursuivent. Quand Marc Zuckerberg lui, fait le nécessaire pour protéger la sienne. A coups de millions de dollars : que voulez-vous, on a les moyens de sa tranquillité.

 

Ca s'agite du côté de notre vie privée sur Internet, si tant est que le concept existe encore depuis le scandale de la surveillance made in Prism -et plus globalement, depuis que nos communications sont écoutées. Et comme d'habitude, c'est Facebook et Google qui régalent ! Les deux géants du Net viennent en effet d'annoncer la prochaine modification de leurs fameuses conditions générales d'utilisation. Ou "CGU", pour les intimes. 

Pas de cape d'invisibilité pour Facebook

Du côté du réseau social qu'on adore détester sans toutefois quitter, c'est loin d'être une première : Facebook est passé expert en matière de changements de CGU. Cette fois-ci, celui-ci ne s'est pas fait en catimini (le site a appris de ces erreurs qui ont fait scandale) : Facebook a annoncé en bonne et due forme qu'il allait prochainement arrêter une option qui permettait de cacher son profil aux yeux du monde.

Ce dernier pouvait ainsi ne pas apparaître dans les résultats de recherche du site, manière pratique de squatter Facebook incognito, sans risquer des demandes d'amitiés importunes, ou du stalking (de l'art de pister quelqu'un sur Internet) intensif. 

Des précautions jugées néanmoins obsolètes par Facebook, qui estime que désormais d'autres fonctionnalités assurent le même niveau de confidentialité, et accusées d'être à l'origine de "confusion" :

Par exemple, des gens nous disaient qu'ils trouvaient que cela portait à confusion quand ils essayaient de chercher quelqu'un qu'ils connaissaient personnellement sans pouvoir le trouver dans les résultats de recherche [...].


 

En même temps, c'était aussi un peu le but, mais passons.

A en croire le réseau social de toute façon, seul "un petit pourcentage" d'utilisateurs avaient encore recours à cette option cape d'invisibilité. Problème, comme le soulèvent de nombreux journalistes, un seul petit pourcent des quelques 1 milliards et des broutilles que comptent les membres de Facebook, ça fait toujours plus de 11 millions de comptes concernés. Et même en retranchant les faux profils, c'est donc toujours synonyme d'un sacré paquet de monde.

Google vous prive de vie privée

Facebook n'est cependant pas le seul à faire mumuse avec son mode d'emploi, puisque Google vient lui aussi d'annoncer une prochaine refonte, aux alentours du 11 novembre. Cette retouche des CGU devrait notamment aboutir à une utilisation des photos des comptes Google+ du titan, du nom de son réseau social qui se cherche encore, pour la promotion de marques. En clair, si vous indiquez aimer certains produits, en leur attribuant un "+ 1", pour reprendre la terminologie de Google+, il y a un risque pour que votre nom, et votre binette se retrouvent au bas d'une publicité vantant leurs mérites en ligne. Un peu comme sur Facebook, tiens, tiens.

Fort heureusement, il y a toujours possibilité de limiter sa transformation en homme (ou femme) sandwich, en cliquant ici, et en décochant l'option indiquée au bas de la page. Faites vite, car sinon c'est l'inverse qui se produira automatiquement début novembre.

Pour Zuckerberg, la tranquillité, c'est 30 millions de dollars

Et pendant ce temps là, alors que nous autres internautes nous débattons avec nos petits bras pour nous dépétrer de ses nouvelles règles grignotant toujours plus notre vie privée, certains décident qu'il y en a assez. Et tapent du poing sur la table pour faire cesser ces pressions insupportables qui pèsent sur leur intimité. Je parle bien sûr du papa de Facebook, Marc Zuckerberg, qui vient de s'offrir quatre maisons de son quartier afin de s'assurer que ce dernier ne soit pas revendu sous l'étiquette "devenez voisin de Zucky !" Un projet immobilier, qui parait-il, était en préparation. Une tranquillité acquise pour la bagatelle de 30 millions de dollars.

Que voulez-vous : on a les moyens de sa vie privée.

SONS :

"On me voit, on me vois pas", superbe Chantal Lauby dans Astérix et Obélix, mission Cléopâtre.

A lire aussi : "Conditions générales de mystification", pour enfin comprendre les imbitables conditions d'utilisation des géants du Net, qui ne font rien pour les clarifier. Bien au contraire.

Andréa Fradin

Toutes les chroniques Suivez le geek

Abonnez vous aux podcasts : RSS et iTunes 

 

 

Commentaires