Stade de Manaus : un nouvel éléphant blanc ?

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Mercredi 28 mai 2014

Réécoute
Stade de Manaus : un nouvel éléphant blanc ?
A quelques jours du coup d'envoi de la Coupe du Monde, une partie des brésiliens continuent de dénoncer le coût de la compétition. Bâti pour l'occasion, le stade de Manaus accueillera quatre rencontres, en plein cœur de l'Amazonie. Et après ? Pas grand chose.

Une structure métallique de 6000 tonnes dont la forme rappelle un panier tressé, une toiture transparente capable de collecter l'eau de pluie et 44 000 sièges aux couleurs des fruits de la région, le stade de Manaus fait la fierté de ses concepteurs.

Baptisé "Arena de Amazonia", ce bijou architectural a 208 millions d'euros accueillera 4 matches du Mondial.

  
Mais certains prédisent déjà à ce magnifique ouvrage un destin d'"éléphant blanc", un chef d’œuvre en péril, qui pourrait tomber en désuétude une fois passée la compétition. Vasconcelos, membre du comité populaire de la Coupe du Monde :

Ici, le foot a du mal a attirer les gens, on n'a aucun club dans les trois premières divisions. On ne sait rien de ce qui sera fait de ce stade après le mois de juillet. Comment va t-on l'occuper ? Rien que pour le maintenir en état, cela coutera 165 000 euros par mois. Qui va le gérer ? Va-t-il rester public ? S'il est transmis à l'initiative privée, cela signifie que c'est nous, les citoyens, qui avons payé la facture, pour que le privé fasse du profit.



S'il a été un temps question de transformer l'Arène en prison une fois passée la coupe du monde, la réflexion s'oriente vers une concession privée, comme pour la majeure partie des stades du Mondial. Le directeur des travaux Migel Capobiango se veut confiant :

Il n'y a aucun risque que le stade devienne un éléphant blanc, car il sera très utilisé. Notre soucis, c'est qu'il soit rentable. Il faut en privatiser la gestion pour que l'opérateur en charge trouve des événements qui rentabilisent l'enceinte. Pas seulement du foot, mais des concerts d'artistes brésiliens et internationaux [...] Nous devons étudier tout cela pour voir quelle sera la meilleure solution pour que le stade puisse se maintenir.


L'avancée des travaux en décembre 2012 / cc Flickr cobagov 


Mais pourquoi ne pas y avoir réfléchi AVANT de construire le stade ? C'est la question que se pose les habitants de Manaus. D'autant qu'avec son confort aux normes FIFA, l'éléphant est élitiste et inaccessible aux supporters peu fortunés : 35 euros le match de 2 ème division contre 15 euros habituellement.

Passée la Coupe du Monde, il y a de fortes chances pour que l'Arena de Amazonia devienne une attraction pour touristes. Et l'éléphant blanc n'est pas une espèce rare au Brésil. Trois autres stades pourraient dépérir après la compétition parmi les 12 du mondial : Cuiabá, Natal et celui de la capitale Brasilia.

Reportage d'Elodie Touchard, correspondante du Mouv' au Brésil / Mise en page : Sébastien Sabiron.

Image d'illustration : Elodie Touchard


Commentaires