Spotify fête ses 5 ans

L'actualité numérique Jeudi 10 octobre 2013

Réécoute
Spotify fête ses 5 ans
Alors que la plateforme suédoise fête ses cinq ans, c'est l'occasion de faire le point sur son modèle économique. Même si les chiffres sont encourageants, certains artistes n'y vont pas avec le dos de la cuillère pour exprimer leur mécontentement.

 

24 millions d'utilisateurs, 6 millions d'abonnés, 28 pays, plus de 20 millions de chansons et 500 millions de dollars reversés aux artistes. Le tout en cinq ans. A la lecture de ces chiffres, le temps où Spotify était considéré comme de dangereux illuminés semble bien loin. "Aux yeux des labels, nous étions juste une bande de Suédois qui voulions prendre leur musique et la redistribuer gratuitement", s'amuse Jonathan Forster, responsable de la plateforme en Scandinavie, dans une interview à Metro. "Pour eux, nous n'étions pas différents des gens derrière The Pirate Bay".

Solidement installé dans le paysage de l'offre légale, Spotify n'a pourtant pas que des amis du côté des artistes. Quelques mois après les Black Keys, qui avaient traité Sean Parker (fondateur de Napster et actionnaire de Spotify, ndlr) de "trou du cul", c'est au tour de Thom Yorke de sortir la boîte à gifles (il l'avait déjà fait en juillet dernier, en faisant retirer tous les titres de son side project Atoms for Peace). Dans une interview accordée au site mexicain Sopitas, le leader de Radiohead estime que l'application n'est que "le dernier pet désespéré d'un corps mourant" et adresse un message qui ne nécessite pas de traduction : "Fuck off !"

Mais qu'est-ce qui agace tant le râleur britannique ? A ses yeux, Spotify ne serait qu'un corps parasite qui vient se placer entre les artistes et leur public. Pas étonnant de la part de quelqu'un qui - avec Radiohead - a fait le choix de distribuer ses disques sans intermédiaire. Et même si le raisonnement de Yorke ne vaut probablement pas pour tous les groupes condamnés à une place anonyme dans des classements Pitchfork, il soulève l'épineuse question de la rémunération liée au streaming. En 2012, on estimait que Spotify reversait en moyenne 0,005 dollar par écoute.

> Suivez Olivier Tesquet sur Twitter

> Toutes les chroniques "Suivez le geek"

 

Commentaires