Spiderman VS Heidegger

Façon de penser Mercredi 07 mai 2014

Réécoute
Spiderman VS Heidegger
Aujourd'hui, on ne parle plus de "remake" au cinéma, mais plutôt, de "reboot", ce qui consiste à faire et refaire toujours le même film. Une bonne manière de comprendre comment Heidegger voyait la technique.

 

Mercredi 30 avril sortait The amazing Spiderman: le destin d'un héros, la suite du "reboot" de Spiderman. Eh oui ! Après les suites, les prequels et les remakes, voici venu le temps - non, pas "des rires et des chants" - mais des "reboots".

La différence étant qu'un remake consiste à tourner une version moderne d'un bon vieux film, tandis que le reboot consiste à refaire une version d'un film qui n'est ni bon, ni vieux. Au fond, c'est plutôt une manière de s'excuser pour la daube qu'on a faite il y a deux ou cinq ans. Bref, les héros sont fatigués...

 

Mais au-delà de l'overdose de super-héros que tout le monde commence plus ou moins à ressentir, cette nouvelle mode qui consiste à faire et à refaire toujours le même film nous montre qu'à Hollywood, on n'a pas d'idées, mais on a du pétrole.

Tout ça rappelle assez la manière dont Heidegger dénonçait l'exploitation, voire l'usure et l'épuisement technique du monde pour se cacher le fait qu'on n'a trouvé aucun sens à la vie. 

Et si vous n'avez rien compris, écoutez la chronique façon de penser de Gilles Vervisch.  



> Abonnez-vous au podcast : RSS et iTunes

Commentaires