So Foot, So Sexiste ?

Rien à voir Jeudi 18 septembre 2014

Réécoute
So Foot, So Sexiste ?
Sous la pression des internautes, le magazine sportif a été contraint de modifier un article à forte teneur en misogynie.

 

Si vous le voulez bien, je vais d'abord commencer par les sujets que je n'ai pas retenus, les infos qui pour une raison ou pour une autre n'ont pas réussi le casting de cette chronique.

Pas de retour de Manau

Ce matin, même si j'ai vraiment été tentée, je ne parlerai pas du nouveau titre du groupe Manau.

Et oui, Martial Tricoche alias Manau a teasé, 17 ans après la Tribu de Dana, son nouvel album avec ce titre Le chant du coq. Un titre dans lequel on entend distinctement la phrase suivante :

Un cochon était tout vénère, lui qui vécu dans la misère a vu sa mère, ensuite son père, devenir jambons fumés.


 

Je ne développerais pas, mais faisons tout de même un petit calcul. On a eu le loup, le renard, la belette, le coq, maman cochon et papa cochon. Je ne veux pas plomber l'ambiance, mais je rappelle qu'il y a sur cette planète pas moins de 7 millions d'espèces animales. Ce qui laisse présager quelques heures sombres.

Ce matin, je ne parlerai pas non plus, et vous allez comprendre pourquoi, de cette intitative qui prétend  donner une éducation sexuelle digne de ce nom à nos enfants. Ca s'appelle "Baby! I love your body", c'est sorti cette semaine, et c'est une émission diffusée sur le net qui, je cite, entend devenir "une plateforme participative pour réfléchir ensemble à des espaces sex-positifs et body-positifs intelligents pour les enfants".

L'émission est animée par Fannie Sosa et Poussy Draama, deux personnes qui se définissent elles-même comme "twerkeuses féministes". Et qui veulent parler corps humains, sexe, et parties génitales sans tabous aux tout petits. Sans tabous mais avec de la MDMA visiblemen.

Et on me dit que Christine Boutin est en train de s'immoler par le feu. Evidemment, je ne recommande pas aux parents qui nous écoutent de faire visionner le programme à leurs enfants. Sauf bien sûr, si vous les détestez. 

SoFoot dans la tourmente

 

Et donc, rien à voir, voici le sujet que j'ai choisi de traiter aujourd'hui. Cette semaine, et grâce à la magie de twitter j'ai découvert un article publié sur le site SoFoot. SoFoot, on connait, c'est ce titre de presse qui s'adresse aux fans de sport qui sont néanmoins capables de citer au moins un président de la Vème République.

 

 

SoFoot donc, rapporte un événement survenu en Suisse, au sein du FC Lenzburg. La soigneuse et masseuse du club a été licenciée parce qu'elle aurait pratiqué une fellation sur l'un des joueurs du club, et tout cela devant d'autres membres de l'équipe.

Précisons que la femme a confié "ne se souvenir de rien et avoir vomi a plusieurs reprises". Ce qui, et je ne dis pas ça parce que j'ai vu tous les épisodes NY Unité Spéciale, sent le GHB a plein nez. Mais ça, l'enquête le dira.

Il n'empêche que le journaliste auteur du papier doit lui avoir vu tous les épisodes de "Camping paradis", parce qu'il a truffé l'article de commentaires sexistes, machistes, dégradants et totalement cons.

Je cite quelques extraits, qui ont tous, ou presque, été supprimés depuis.

La femme, qui a du mal à avaler l'affaire.


 

No blow-job in job.


(ce dernier est d'ailleurs toujours intégré à l'article)

ou encore :

Combien de fois faudra-t-il le répéter : on ne masse pas la bouche pleine.


 

Tacler le sexisme

Comprenez-moi bien. Je n'ai rien contre So foot, ni contre l'auteur de cet article, j'ai moi-même beaucoup d'amis qui font des prouts avec leurs dessous de bras. Mais quand même, là, on est le 18 septembre 2014 et , je crois que c'est bon les mecs, il est temps de cesser d'être bourrins, de ponctuer chaque histoire concernant une femme par des "roh la pute"...

 

 

Accordons néanmoins quelque chose à So Foot: devant le tollé suscité par l'article: le titre, et la majorité des passages misogynes ont été supprimés, et la rédaction à présenté ses excuses. En revanche, j'ai un poil plus de mal à être magnanime avec les 16 159 personnes qui ont liké l'article sur Facebook et en particulier avec un certain "Antoine" qui a liké et publié le commentaire suivant :

Elle a pompé l'énergie du groupe c'est sûr.


 

Cher Antoine, je te souhaite de ne jamais avoir parmi tes proches une personne qui se fera agresser sexuellement et virer pour ça. Mais, au vu de ce commentaire éclairé, j'imagine aussi la qualité de ta vie sexuelle, alors je te souhaite aussi bien du plaisir avec ta main droite...


 

> Retrouvez toutes les chroniques Rien à voir

> Abonnez-vous au podcast, RSS et iTunes

Commentaires