Slips gros-paquet et injections dans le pénis

Boy meets girl Vendredi 23 mai 2014

Réécoute
Slips gros-paquet et injections dans le pénis
Chaque année, l'été approchant, nous avons droit à un flot de campagnes culpabilisantes pour perdre nos kilos avant les vacances. Chaque magazine y va de son régime miracle, et les pharmacies mettent en vitrine leurs coupe-faim et autre produits minceur. Même si l'injonction à avoir une silhouette parfaite ne sera jamais aussi forte que celle qui pèse sur le corps des femmes, on peut néanmoins constater que depuis quelques années se développe lentement mais surement un véritable marché du cosmétique masculin, des crèmes minceur, et même du vêtement de rembourrage. Progressivement se dessine une génération d'hommes de moins en moins épargnée par les diktats de beauté.

Des slips effet "gros paquet"

Après les Wonderbra pour les filles, les culottes gainantes, et les collants remonte-fesses, l'industrie du sous-vêtement à coque s'attaque au marché masculin en proposant des slips rembourrés à porter sous des pantalons poutre-apparente, et des t-shirts tablette-de-chocolat qui gomment les abdos Kro et gonflent les pectoraux.

 


En Grande-Bretagne, la tendance marche très fort, avec la marque Spanx, spécialiste du vêtement rembourré, qui a développé sa gamme Spanx for men. Il faut compter tout de même 30 à 40 euros pour un slip et 89 euros pour un débardeur, ça fait cher le rembourrage. 

Spanx ne sont pas les premiers à avoir développé ce concept du shapewear. Il y a quelques années la marque Asda avait lancé son propre vêtement Bodysculpt dans les boutiques Marks & Spencer, qui avaient été totalement dévalisées en seulement 4 minutes. 

 

Ce marché ne se limite pas aux pays anglo-saxons et commence à toucher la France avec des boxers rembourrés au niveau des fesses, des shorty taille haute avec ceinture de compression intégrée pour gainer le ventre, et des slips effet "gros paquet" avec poche proéminente. La marque Wonderbrief propose par exemple des slips avec mousses amovibles devant ET derrière. 

 

Le slip rembourré aux fesses (Wonderbrief)

 

Pectoraux en silicone et acide hyaluronique dans le pénis

Les hommes sont de plus en plus nombreux à avoir recours à la chirurgie esthétique et, plus précisément, à l'augmentation pectorale. Cette opération s'adresse particulièrement aux plus âgés dont les muscles commence à s'affaisser. Ou à aux plus jeunes qui n'ont pas envie de passer des heures en salle de sport à pousser des barres de fonte. 

La technique est la même que pour les implants mammaire : le chirurgien fait une incision sous l'aisselle et glisse une poche de silicone sous le muscle pectoral. Les suites sont aussi douloureuses que lors d'une augmentation mammaire. On dérouille, et on ne peut pas conduire pendant dix jours. 

 

 

On peut également se faire gonfler bien d'autres choses que les pectoraux, et se faire implanter de faux muscles dans les mollets et même dans les fesses. Et, paroxysme de la modification corporelle, on peut demander à son médecin esthétique un petit coup de pouce pour augmenter la taille de son sexe. 

La technique la moins barbare consiste à se faire injecter de l'acide hyaluronique dans le pénis, ce qui permet d'en augmenter légèrement la largeur, mais pas la longueur. L'acide hyaluronique est résorbable, ce qui signifie qu'au bout de plusieurs mois il faut retourner se faire piquer.

Certains hommes ne passent pas par la case chirurgien : des cas d'auto-injection de paraffine ont été rapportés, avec tout ce que l'on peut imaginer comme dégâts irréversibles. 

Ce développement du marché de la beauté chez les hommes reste néanmoins marginal proportionnellement au marché féminin.

Il suffit de se promener dans n'importe quel rayon lingerie pour constater que la majorité des soutien-gorges sont désormais à coque, ou dans n'importe quel rayon cosmétique pour voir que la quasi-totalité des produits s'adressent aux femmes.

La majorité des implants de silicone sont destinés aux femmes, et on leur pardonnera toujours moins de prendre du poids ou quelque rides qu'aux homme. Néanmoins, on peut parier que ces injonctions pèseront de plus en plus fort sur les prochaines générations de garçons.

A suivre...

 


 

> Réécoutez toutes les chroniques

> Abonnez-vous au podcast, RSS et iTunes

Commentaires