Sim City Fail

L'actualité numérique Vendredi 22 mars 2013

Réécoute
Sim City Fail
C’était LE jeu qu’attendait tout un tas de gamers préférant la simulation bien technique au défouraillage massif de monstres en tout genre. Sa dernière version datait d'il y a 10 ans, mais Sim City a magistralement raté son lancement.

 

Dans Sim City, les joueurs et joueuses peuvent construire et développer leur ville. Un jeu de gestion qui a fait les belles heures du studio Maxis. Et qui aurait pu en faire autant pour Electronic Arts, son éditeur. Problème : en voulant lutter contre le piratage, l'éditeur s'est pris les pieds dans le tapis. 

La bonne idée ? Obliger les afficionados de Sim City à être en permanence connectés à Internet pour construire leur petite ville. Un dispositif de "Digital Rights Management" (DRM) qui n'a aucun intérêt en terme de gaming, et qui a provoqué l’ire de la communauté des gamers. Une pétition a déjà recueilli plus de 70 000 signatures pour exiger qu’EA se passe de DRM, Amazon a retiré Sim City de la vente pendant quelques heures, et des centaines de posts de blogs ont été publiés pour dénoncer le mécanisme.

Il est vrai que quand on commence à jouer et qu'on nous dit qu'on ne peut pas sauvegarder, on est proche de l'explosion. Comme lui :


On a ici encore un exemple des extrêmes que peut entraîner cette fameuse lutte contre les pirates. Qui rate complètement son coup vu que les petits malins ont été pour le moins encouragés à faire sauter les verrous numériques en questions. Et ont permis à ceux qui le souhaitent de profiter du jeu qu'ils ont acheté, loin des serveurs d'EA.

 


 

Guillaume Ledit

Toutes les chroniques Suivez le geek

Abonnez vous aux podcasts : RSS et iTunes 

 

Commentaires