Shiness : le jeu vidéo qui sent le Maroilles

La Pop au carré Lundi 02 juin 2014

Réécoute
Shiness : le jeu vidéo made in ch'Nord
Son univers est proche des mangas japonais, mais il puise ses origines dans le bassin minier. "Shiness", un jeu de rôle créé par deux potes de Tourcoing doit sortir dans un an et intéresse Sony et Nintendo. Rencontre avec ses créateurs.

Alors qu'ils naviguent sur leur bateau volant, Chado et Poky, Wakis de leur état, s'écrasent sur une île inhospitalière. Un morceau de planète immense qu'ils devront explorer, confrontés à des ennemis plus dangereux les un que les autres.

Galerie de personnages © Enigami
  

Attendu au premier semestre 2015, Shiness propose une 3D très colorée, dans un style manga du plus bel effet.

 

A l'origine, Shiness était une BD, un univers graphique imaginé depuis son enfance par Samir Ebib, un jeune trentenaire de Tourcoing. Il y a six ans, il rencontre Hazem Hawash, passionné d'informatique. Les deux copains créent leur startup Enigami et décident de donner vie aux dessins de Samir :

C'est un mélange de Dragon Ball, de Naruto, de Final Fantasy... Tout ce qu'on a aimé se retrouve un peu dans le jeu.


Le manga original © Enigami
 

Pour les connaisseurs, Shiness est un RPG orienté combat, développé à l'aide du moteur Unreal Engine 3 (qui a fait les belles heures de Bioshock et d'Unreal Tournament 3 notamment). Un projet ambitieux qui doit d'abord sortir sur PC, mais qui a aussi tapé dans l’œil des poids lourds du secteur, comme l'explique Hazem :

 

Hazem et Samir, © Axelle Labbé

 

 

 

Notre objectif budgétaire doit nous permettre de lancer Shiness sur PlayStation 4 et nous sommes en contact avec Nintendo, qui souhaite aussi sortir le jeu sur sa nouvelle plateforme Wii U [...] Avec Internet, que l'on soit à Tourcoing ou dans la Silicon Valley, on peut travailler sur le même projet, avec le même impact.










Il faut dire que les wakis de Shiness n'ont pas l'accent chti. Les concepteurs du jeu ont inventé une véritable langue imaginaire, avec l'aide de deux linguistes. Enigami emploie 10 salariés et à lancé une campagne de crowdfunfing pour finir le jeu et créer une architecture multijoueurs online.

Un aperçu du gameplay © Enigami

Le studio s'était fixé un objectif de 100.000 $, déjà dépassé à l'heure où nous écrivons ses lignes. Vous pouvez encore les soutenir sur Kickstarter et recevoir le jeu ou carrément (si vous êtes très généreux) avoir un personnage à votre effigie dans Shiness.

Reportage signé Axelle Labbé. Mise en page : Sébastien Sabiron.

Photo d'illustration : © Enigami

Intéressés par le jeu vidéo tricolore ? Visite guidée d'Arkane Studios, à Lyon.



Chaque jour le Mouv' met la Pop au carré, reportages à écouter par ici.

Et abonnez-vous au podcast RSS et iTunes.

Commentaires