Shanghai ville gay

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Lundi 16 juin 2014

Réécoute
Shangai ville gay
Toute la semaine, Shanghai fait sa Gay Pride, 6 ème édition, malgré la pression des autorités qui surveillent la manifestation de près. Ici, pas de chars ni de techno, mais une course, du ciné et des conférences. Car en Chine, l'homosexualité reste un sujet sensible.

Si l'épreuve du coming-out n'est évidente pour personne, elle revêt en Chine un caractère encore plus épineux. Le pays a attendu 2011 pour supprimer l'homosexualité de la liste des maladies mentales. Des traitements par électrochocs existent encore pour corriger l'orientation sexuelle et beaucoup de jeunes s'y soumettent sous la pression de leurs parents.

Shanghai Pride, première édition en 2009/ cc Flickr Kris Krug


Dans la ville la plus tolérante de Chine, la Shanghai Pride n'a rien de comparable aux grandes fêtes colorées que l'on connaît en Occident. Son aspect le plus visible est une course à pied, sur la promenade coloniale du Bund. 

Ici, on peut être fier d'être gay, pourvu que l'on se montre discret. Pendant la course, les rues ne sont pas fermées à la circulation, les candidats doivent courir en petits groupes et n'ont pas le droit de porter des tenues extravagantes, vêtements de sports exigés. Sun Yi, 33 ans :

La Gay Pride chinoise, c’est à peu près comme les Gay Pride à l’étranger, mais ce qui manque vraiment, c’est la parade. Pour l’instant, ca ne peut pas être autorisé par les autorités vu le climat politique. J’espère qu’on pourra en organiser une un jour, et s’habiller de manière plus provocante, plus jolie...


Participants à la course de la Gay Pride sur le Bund de Shanghai / © Charlie Wang


Peu à peu, malgré tout, la Gay Pride gagne du terrain à Shanghai. La première année en 2009, les bars participant à l’événement étaient fermés par la police. Aujourd’hui, les autorités surveillent, mais n’interdisent plus. Raymond Phang est l'un des organisateurs :

Lors d’une de nos projections, les policiers avait peur que le contenu soit trop sensible, donc ils ont demandé à rester. C’était un film sur des gays qui épousent des lesbiennes. Parce ce que, comme vous le savez en Chine, le mariage, la famille, sont très importants. Donc les gays se marient avec des lesbiennes, et ils vivent séparément.



Pour les jeunes chinois, faire son coming-out reste un problème. La plupart attendent d'être financièrement indépendants pour révéler leur homosexualité à leur famille, par crainte d'être rejetés. Mais les mentalités évoluent. Plusieurs parents ont ainsi accepté de témoigner pendant la Gay Pride, pour expliquer comment ils ont fini par accepter l'homosexualité de leur enfant.

Reportage signé Delphine Sureau. Mise en page : Sébastien Sabiron.

Images d'illustration : cc Flickr Kris Krug



Parce qu'il y a toujours un Vera Cruz à l'autre bout du monde, retrouvez l'ensemble de nos reportages en cliquant par  !
 

Et abonnez-vous au podcast, RRS et iTunes.

Commentaires