Service civique : la recette miracle ?

Mouv' Futur (2015-2016) Jeudi 05 février 2015

Réécoute
Service civique : la recette miracle ?
Chaque soir, la rédaction de Mouv' vous emmène en 2020. Un futur proche, qui fait un peu flipper ou qui donne carrément envie de se projeter.

C'est l'une des grandes annonces de la conférence de presse de François Hollande (5 février 2015) : élargir  le service civique à tout jeune volontaire qui en fera la demande dès le 1er juin, dans le but de renforcer la cohésion nationale.

Au cœur du débat depuis plusieurs semaines, le service civique est cuisiné à toutes les sauces : civique universel, civique national, civique citoyen... bref, de quoi donner le tournis. Alors finalement, c'est quoi le service civique ?

 



 

Le Service Civique, c'est quoi ?

C'est tout simplement le successeur du service national. 

En 1997, le service militaire a été supprimé et en 2010 une loi a permis aux jeunes qui le souhaitent de s'engager dans des missions civiles, c'est à dire non-militaires et axées sur la solidarité.

Les jeunes peuvent s'engager dans des missions diverses comme s'occuper d'enfants,  de personnes âges, de handicapés dans le domaine du sport de la santé de la culture ou encore de l'écologie. Une foule de possibilités, donc, mais avec un même point commun:  s'engager pour les autres, en France ou à l étranger.

Le service civique dure six à 12 mois, et est défrayé 573 euros par mois sans condition de diplômes : la motivation est la seule et unique condition.

 



 

L'association La Guilde

La Guilde, c'est une ONG qui existe depuis 50 ans et qui propose chaque année environ 1 000 missions de volontariat ou de service civique en France, et surtout à l'étranger...

Mais ce n'est pas assez. Aujourd'hui seule une demande de service civique sur cinq se voit réalisée, tout simplement parce qu'il n'y a pas assez d'argent public pour défrayer les jeunes et débloquer des missions.

L'association La Guilde

 

Pourtant le besoin d'engagement des jeunes est très fort. C'est ce qu'explique Jean-Christophe Crespel, qui défend et développe cette association depuis 15 ans, parce qu'il veut redonner une place aux jeunes dans la société quelque soit leur parcours.

 



 

 

Commentaires