Ségrégation sociale : tous égaux à l'entrée du lycée ?

le Reportage de la Rédaction Lundi 07 juillet 2014

Réécoute
Dernières diffusions
Ségrégation sociale : tous égaux pour le choix du lycée ?
Bientôt le lycée pour les quelques 400 000 collégiens qui s’apprêtent à faire leur rentrée en seconde générale. A 14 ou 15 ans, ils doivent affronter une première sélection dans leur parcours scolaire. Réputation, proximité, plusieurs éléments vont motiver le choix – ou le non choix – du lycée. Surtout à Paris, où la ségrégation sociale est plus forte qu'ailleurs.

 

Si de nombreux élèves n'ont pas leur premier choix sur la liste, pour Louise, c'est le parcours parfait : elle intègre le lycée Henri IV,  pour la plus grande fierté de sa mère. "On était très contents, mais on sait bien que notre famille n'est pas représentative".

 

 

D'après une enquête - intitutée Impact des procédures de sectorisation et d'affectation sur la mixité sociale et scolaire dans les lycées d'Île-de-France - trois économistes ont chiffré le phénomène d'entre soi et de ségrégation sociale au lycée depuis 2002. A Paris, elle serait "une fois et demie supérieure à celle de Créteil et de 15% à celle de Versailles".

Gabrielle aussi fait partie de ce milieu privilégié. Grâce à ses très bons résultats au collège, elle a obtenu sans difficulté le lycée de son choix.

 

 

 

 

Les lycéens en herbe sont affectés en fonction d'un nombre de point obtenus grâce à leur lieu d'habitation, leurs notes de 3ème, et selon s'ils sont ou non boursiers. Chaque académie décide ensuite de privilégier un facteur sur un autre.

"Réussite et mixité sociale marchent ensemble".

Entre 2002 et 2012, l'enquête révèle que le nombre de boursiers est passé de 5 à13% dans le quart des lycées les plus prisés de la capitale. Une tendance à confirmer, pour Henriette Zoughebi, vice présidente de la region en charge des lycées.

 

Un reportage de Margot Hemmerich

Commentaires