Se faire taser pour l'art

Rien à voir Jeudi 28 août 2014

Réécoute
Se faire taser pour l'art
Un photographe a publié une vidéo dans laquelle des gens, tous volontaires, se prennent des coups de pistolet à impulsion électrique.

 

En ces temps tourmentés, la violence est partout. Dans la bande de Gaza, jusqu'à il y a quelques heures encore, en Ukraine, en Irak, à Marseille. A chaque moment quelque part dans le monde, une personne souffre dans sa chair. Et dans la majorité des cas, elle n'a pas fait exprès de souffrir, ça n'était pas un but en soi.Personne ne se dit lève le matin en se disant "oh ben je me ferais bien sauter sur une p'tite mine antipersonnelle moi".

Masochisme arty

Enfin, presque personne. Car il arrive aussi que ces violences subies le soient tout à fait volontairement et dans un but artistique. En tout cas, c'est ce que l'on sait depuis hier, quand un photographe américain a publié sur le web ses derniers travaux.

Il s'appelle Patrick Hall et il vient donc de mettre en ligne sa dernière oeuvre d'art. Ca s'appelle The taser photoshoot, et c'est une vidéo en slow-motion dans laquelle on voit des gens très beaux et surtout très à poils se prendre des coups de Taser.

Alors, un taser, qu'est ce que c'est ? C'est un pistolet à impulsion electrique qui délivre plusieurs dizaines de miliers de volts. C'est une arme de catégorie B qui a déjà causé la mort de plusieurs personnes.

Et donc oui, dans cette vidéo artistique, on voit des gens "tous volontaires" se faire taser au nom de l'art.

 

Une performance ?

Le photographe, dont on aimerait beaucoup connaître le dossier médical a expliqué ceci:

En tant que photographe qui fait des portraits, j’essaie toujours de mettre les gens à l’aise devant mon appareil photo pour pouvoir capturer une véritable émotion de leur part. Mais que se passerait-il si j’étais capable de les mettre tellement mal à l’aise devant mon appareil que le portrait serait intéressant à chaque fois ?


 

C'était vraiment très intéressant monsieur mais c'est l'heure de prendre vos gouttes maintenant.

Voilà en tout cas pour les motivations de l'auteur, mais qu'est-ce qui a poussé des gens a priori comme nous à se dire "oh ben oui, je vais me prendre 30 000 volts pour la beauté de l'art", on ne saura jamais.

Alors il y a aussi une autre vidéo mais dans laquelle cette fois, on voit les portraits des gens qui ont administré des coups de taser. Et précision importante, à chaque fois ces personnes ont tasé un proche...

Vous aurez compris que la performance dans sa globalité me laisse assez dubitative. Dans l'absolu, sachez que je n'ai rien contre l'art. Je suis-moi même titulaire d'un bac théâtre pour lequel il m'a fallu un jour mimer un ananas qu'on découpe.

En revanche, il faut bien admettre que l'art, moderne en tout cas, tutoie parfois les frontières du réel.

LA PREUVE.

Pour l'art, elle accouche dans une galerie d'art new-yorkaise

L'artiste s'appelle Marni Kotak, elle a effectivement démoulé dans une galerie sous le regard d'un public au moins aussi chelou qu'elle. Et avant ça, elle avait déjà mis en scène propre naissance, l’enterrement de son grand-père, ses séances de masturbation enfantine et la perte de sa virginité. Allo Sainte-Anne.

Pour l'art, elle pond des oeufs avec son vagin

C'était en avril dernier, à la foire d’art contemporain de Cologne. Une artiste s'est introduit des œufs remplis de colorants dans son vagin pour les pondre ensuite au-dessus d’une toile blanche.

Pour l'art, un artiste se coud la bouche

Mais c'était aussi pour la contestation. Il y a deux ans, un artiste contemporain s'était cousu la bouche pour afficher son soutien au Pussy riot.

Pour l'art, il peint avec ses larmes

Leonardo Granato est un performer. Son truc, c'est d'aspirer des pigments et de chialer des larmes de couleurs au-dessus d'une toile.

Pour l'art, il attache un coq a son sexe

 En mars 2013 à paris, un artiste d'origine sud-africaine a attaché un coq à son pénis sur le parvis du Trocadéro.

Voilà. C'est bien la preuve qu'en art, tout est possible. Et c'est bien le problème.

 


 

> Retrouvez toutes les chroniques Rien à voir

> Abonnez-vous au podcast, RSS et iTunes

 

Commentaires