Scarlett Johansson : sois belle et tais-toi

Rien à voir Jeudi 30 janvier 2014

Réécoute
Scarlett Johansson : sois belle et tais-toi
L'actrice est au cœur du conflit israélo-palestinien à cause d'une publicité pour machine à faire des bulles. Un "bad buzz" qui semble réjouir notre chroniqueuse du matin.

 

C’est important d’avoir des principes dans la vie. En l’occurrence, j’ai au moins un principe. C’est même une règle de vie: je ne rate jamais une occasion de dire du mal de Scarlett Johansson.

 

Je sais très bien qu’on va me rétorquer que si je bitche sur Scarlett Johansson, c’est par pure jalousie.
Parce que Scarlett, ScarJo comme disent certains, elle a tourné avec Woody Allen, elle est un peu canon, elle a une fortune estimée à 35 millions de dollars, et sa langue connait intimement les plombages de Javier Bardem.

Mais non, en toute objectivité, Scarlett, est ce qu’on appelle communément une morue.

 

La fille qu'on détestait au collège

Scarlett c’est exactement le type de fille qu’on pouvait pas saquer quand on était au collège. Vous savez, la fille qui avait des supers cheveux et une super belle peau pendant que toi, tu absorbais ton excès de sébum avec ton petit papier buvard (parce que t’avais du papier buvard comme une grosse loseuse). Scarlett, c’est la fille au collège qui avait des mecs, une sexualité active.

Pendant que toi, tu fantasmais sur Drazic d’Hartley Coeur à vif  en te caressant vaguement avec ton stylo quatre couleurs (parce que t’avais aussi un stylo quatre couleurs comme une grosse plouc). Voilà, c’est pour ça qu’on peut pas la blairer Scarlett. Et réjouissons-nous tous ensemble, Scarlett vient de se vautrer lamentablement.

La belle se plante

 Je vous explique.

Comme un paquet de stars américaines qui ont un retard de paiement aux impôts, Scarlett vient de tourner une publicité.

Une publicité pour Sodastream, la machine qui sert à fabriquer ton propre soda chez toi (machine achetée par les loseurs qui avaient des papiers buvards et des stylos quatre couleurs, vous voyez comme tout se recoupe).

Sauf que Sodastream, c’est aussi une société israelienne implantée en Cisjordanie. Soit une implantation illégale au regard du droit international et des accords de Genève.

 

 

Et ça, ça n’a pas plu à l’ONG Oxfam dont Scarjo est une des ambassadrices. L’ONG a publié un communiqué dans lequel elle écrit que:

le business en provenance des colonies alimente la pauvreté et va à l’encontre des droits de la communauté palestinienne.



Ce qu’on peut traduire par “tu l’as dans profondément dans le cul lulu”.

Du coup, Scarlett, entre deux visites à des bébés malawites dénutris (ah non, merde ça c’est Angelina Jolie), bon ben Scarlett s’est fendue d’un droit de réponse dans le Huffington Post dans lequel elle écrit, que pardon, elle est désolée, et que je cite, elle "n’avait jamais eu l’intention d’être la représentante d’un quelconque mouvement social ou politique".


Je vous propose qu’on se mette un petit coup de la meuf qui ne "représente aucun mouvement social ou politique" :

 

Ca c’est quand Scarlett appelait à voter Obama, qui ne représente comme on le sait, aucun mouvement politique.

[NB : Scarlett Johansson a quitté l'ONG Oxfam suite à la polémique.]

Scarlett chez les frenchies

Il faut dire aussi que Scarlett avait déjà commencé à nous agacer un peu, nous les Français, avec ses déclarations sur Paris.

Parce que comme Scarlett est fiancée à un Français, elle habite Paris. Et évidemment, elle adore Paris, she loves Paris, la tour Eiffel, le Moulin Rouge, Nathalie Kosciusko-Morizet... Nan, le problème avec Paris, c’est les Parisiens.

Alors qu’elle était invitée au late Show, l’émission américaine, l’actrice avait declaré que les Parisiens sont "mal élevés, rustres, et qu’ils marchent trop vite".

 

Comprends-nous bien Scarlett, puisque je sais que tu nous écoutes, tu auras le droit de critiquer Paris quand on t’aura vu manger un seau d’ailes de poulet au KFC de Château Rouge, quand on t’aura vu faire la queue pour recharger ton pass Navigo, et quand on t’aura vu te faire dégueuler dans les cheveux par un mec bourré sur la ligne 13.

En attendant, shut the fuck up.

 


 

 Retrouvez Nadia Daam sur Twitter

> Retrouvez toutes les chroniques

> Abonnez-vous au podcast, RSS et iTunes

Commentaires