Sans contestation, nous nous marions

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Vendredi 28 mars 2014

Réécoute
Sans contestation, nous nous marions
Peter et David se sont dit "Yes". Il sont devenus les premiers mariés de même sexe au Royaume-Uni. La loi qui autorise le mariage gay est entrée en vigueur ce samedi. Votée en juillet 2013, elle a suscité beaucoup moins d'hostilité qu'en France.

C’était il y a 3 ans : « veux-tu m’épouser ? », demande David Cabreza à son compagnon Peter Mc. Graith. A l’époque, le mariage gay n’existe pas en Angleterre. Les deux hommes pensent au partenariat civil, créé en 2005 pour les couples homosexuels et qui donne les mêmes droits que le mariage. Mais le mariage, le vrai, était déjà dans un coin de leur tête. David se souvient :

Nous savions que le rythme des changements s’accélérait et que le mariage semblait bientôt possible même si nous ne savions pas quand. En fait, les choses sont allées très vite ces dernières années, et on a pensé qu’on pourrait profiter de ces avancées.



Effectivement, le "oui" britannique au mariage pour tous est loin d'avoir suscité les mêmes remous qu'en France. En Angleterre, l'opinion publique y est majoritairement favorable. En revanche, la question bien que symbolique, a divisé le parti conservateur.

Des droits acquis avant la bague au doigt

Les couples homosexuels britanniques peuvent déjà être parents et fonder une famille. Ils peuvent adopter, recourir à la procréation médicale assistée et à une mère porteuse, à condition qu'elle ne soit pas payée. Autant de thèmes contestés en France : rapidement,  la PMA et la GPA s'étaient invités sur les banderolles de la Manif Pour Tous, au point de provoquer une mise au point du gouvernement

Sans blague ? / cc Flickr Mont_Tours
  

A Londres, Peter et David se marieront juste après minuit ce vendredi soir. Le couple a adopté deux enfants. Il a suivi les récentes manifestations en France et regrette que les droits des homosexuels ne soient pas aussi respectés qu'en Angleterre.

A l'Eglise anglicane : pas de bénédiction 

La loi permet une union civile et elle laisse aux différentes religions l'opportunité de célébrer ou non des unions homosexuelles. La réforme qui entre en vigueur samedi a été contestée ces derniers mois par l'Eglise anglicane, majoritaire.

Pour marquer son opposition, elle a pris deux mesures mi-février : la bénédiction de mariages homosexuels est impossible, tout comme le mariage entre deux membres du clergé du même sexe.

Franck Mathevon, Evelyne Chatelais, Sébastien Sabiron.

Photo d'illiustration : CC Flickr Raven Photographic

 



Parce qu'il y a toujours un Vera Cruz à l'autre bout du monde, retrouvez l'ensemble de nos reportages en cliquant par  !

Et abonnez-vous au podcast, RRS et iTunes.

 

Commentaires