Sa vie en vert blanc rouge

Environnement Samedi 15 mars 2014

Réécoute
Dernières diffusions
Sa vie en vert blanc rouge
Le 1er homme certifié Made in France s'appelle Benjamin Carle. Il a 25 ans et son expérience sera prochainement diffusée sur Canal Plus le 19 mars. Mais vivre en bleu blanc rouge, est-ce-que c'est aussi être vert...?

 

Benjamin Carle s'est interrogé sur cette question : Peut-on vivre en consommant exclusivement des produits fabriqués en France ?

Pour y répondre, ce journaliste de 25 ans a décidé pendant neuf mois de vivre cette expérience unique alors qu'il était complétement subjugué par notre culture mondialisée. Il a dû remplacer chacun de ses biens par un équivalent conçu et fabriqué majoritairement dans l'Hexagone.

L'objectif de Benjamin, en ne consommant que du made in France pendant un an était de relancer l'économie française.


On peut dire qu'il a râté sa mission...

 

 

Au-delà de la difficulté à remplacer toutes ses habitudes quotidiennes telles que la nourriture, les sorties entre potes, ou bien même un téléphone portable, ce film se propose d'effectuer une plongée dans la production française d'aujourd'hui. Il nous invite à réfléchir sur les grandes données macroéconomiques du pays.

Toutes les questions qu'on se pose sur la force et les difficultés industrielles du pays, sur le prix de ses employés, sur la croissance nationale, sur le "consommer français".... ont leurs réponses dans ce documentaire.

En revanche, si l'objectif avait été de devenir plus vert en consommant bleu blanc rouge, on peut dire qu'il aurait gagné son pari.

Quelque part entre les consommations éthique, équitable et durable, cette nouvelle façon de se vêtir, meubler, téléphoner, s'alimenter et voyager selon l'unique critère du made in France, est finalement très citoyenne, sociale et assez écolo.

La réelle définition de ce "Made in France" qui nous a tant hanté dans les médias et le discours politique est à découvrir ce mercredi 19 mars sur Canal Plus.

 


 

Réécoutez toutes les chroniques environnement.

Abonnez-vous au podcast : RSS & iTunes

Suivez Elisabeth Bonneau sur twitter : @BethBon

Commentaires