Revenir travailler en Afrique noire

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Vendredi 08 novembre 2013

Réécoute
Revenir travailler en Afrique noire
Au Bénin, les repats sont de plus en plus nombreux. C'est ainsi qu'on désigne les expatriés qui reviennent au pays pour faire carrière. Leur décision s'accompagne souvent de nombreuses désillusions.

 

Delphine Bousquet a décidé de partir à Cotonou travailler. Elle y a rencontré les Béninois qui, au contraire, rentraient chez eux pour la même raison. Reportage en cliquant ci-dessus.

 

"Quand on rentre de Tokyo, qu'on arrive et qu'on est confronté à des coupures d'électricité ou d'eau et que le réseau internet ne marche pas, il y a un choc psychologique." Yenadjro Apithy a travaillé cinq ans dans la finance en Asie. Il tient depuis janvier une plantation de palmiers à huile au Bénin. "Je pensais que le fait d'avoir grandi au pays m'aiderait, mais je n'étais pas du tout préparé."

 

Le phénomène des "repats" concerne également le Nigéria © France 24, 2013

 

Il a pris sa décision : il va repartir au Japon. Comme lui, de nombreux expatriés deviennent des "repats" (diminutif pour du néologisme "repatrié"). Régis a étudié en France. Un an après son diplôme, il est revenu pour ouvrir sa boîte de com'. Lui restera ici, près de sa famille, malgré les difficultés. "Le but, c'est aussi de garder des contacts en France, mais de développer son idée d'ici." Il est persuadé de faire figure de pionnier, et que d'autres, restés à Paris et le voyant réussir, l'imiteront bientôt.

 

A pionnier, pionnier et demi. Lionel Chobli s'est réinstallé là en 2011. Il a fondé son entreprise de conseils. Désormais il reçoit dans son bureau, costard et grosse montre. "Je voulais retrouver mes racines, et la plupart des grands groupes internationaux expliquent que l'avenir de l'économie est en Afrique. Alors autant que ces nouveaux projets soient pilotés par des Africains." Il a déjà contribué à l'ouverture de dizaines d'emplois dans le pays. Et même si son revenu a nettement baissé en rentrant au Bénin, il se sent enfin utile.

 

Et parce qu'il y a toujours un Vera Cruz à l'autre bout du monde, retrouvez l'ensemble de nos reportages en cliquant par  !

 

Commentaires