Retrouvez vous-même le Boeing disparu

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Jeudi 13 mars 2014

Réécoute
Retrouvez vous-même le Boeing disparu
Le Boeing 777 de la Malaysia Airlines est toujours introuvable. Disparu en vol samedi matin avec 239 personnes à bord, il est entouré d'un mystère de plus en plus opaque. Un site web vous propose maintenant de participer aux recherches.

 

Un avion de ligne Boeing, modèle 777, porté disparu depuis six jours, 239 personnes introuvables, deux passagers iraniens circulant avec des passeports volés ou contrefaits, et des satellites chinois qui voient trouble. Dans cette tragique histoire figurent tous les ingrédients pour déchaîner l'imagination du public, alimenté depuis des années de séries américaines et de films invraisemblables. Un site internet, Tomnod, propose désormais de vous transformer en enquêteur et de scruter l'imagerie satellite pour tenter de visualiser des indices.

 

 

Mais concrètement, où en est-on des recherches ? Les débris repérés mercredi soir par un satellite chinois en mer de Chine méridionale sont finalement invisibles sur zone : les avions vietnamiens et malaisiens dépêchés sur place n'ont rien remarqué. Et le gouvernement malaisien rejette catégoriquement l'hypothèse du Wall Street Journal selon laquelle le Boeing aurait pu voler pendant encore quatre heures après le dernier contact radio. Bernard Marck, journaliste spécialiste de l'aéronautique, est sceptique :

Ce qui me surprend, c'est le silence. Un avion est bavard, de son départ jusqu'à son arrivée. Il est équipé d'un transpondeur. Mais celui-ci a disparu des radars et n'a pas émis le moindre signal depuis. Et l'équipage n'a envoyé aucun message. C'est totalement impossible. Il a été dit que l'avion avait amorcé un demi-tour, mais ce genre de manoeuvre doit toujours être annoncée par radio et ça n'a pas été fait.


 

Lui suppose que le gouvernement a pu demander à la compagnie aérienne de tenir secrètes certaines informations. Il évoque des précédents d'explosions spontanées en vol, mais qui remontent toutes aux années 1950. "Des quadriréacteurs avaient explosé en vol, mais il y avait une raison : une défaillance structurelle liée à l'altitude. Et ce problème est très bien maîtrisé aujourd'hui. Les constructeurs ont fait d'énormes progrès. S'il y a eu explosion, elle a dû être aidée." Et là, on entre dans le champ du terrorisme.

 

Laurent Lamy, membre de l'association Entraide et solidarité AF447, qui regroupe les familles des victimes du crash du Rio-Paris, a l'impression de revivre l'angoisse de 2007 :

On s'aperçoit que les leçons du passé n'ont pas du tout été tirées. Pour l'AF447, on nous avait d'abord parlé de la foudre ou d'un acte terroriste. A l'époque, le Bureau d'enquête et d'analyses avait recommandé que les pilotes envoient les positions aériennes plus régulièrement, mais rien n'a changé.


 

Quarante-deux navires et trente-neuf avions sont désormais mobilisés. Douze pays sont au travail pour percer le mystère. La Chine s'est engagée à poursuivre les recherches "tant qu'il restera une lueur d'espoir".

 

Parce qu'il y a toujours un Vera Cruz à l'autre bout du monde, retrouvez l'ensemble de nos reportages en cliquant par  !

Et abonnez-vous au podcast, RRS et iTunes

 

Photo de couverture : Cc FlickR Abdallahh

Commentaires