Rapper n'est pas (forcément) jurer

La Pop au carré Vendredi 19 décembre 2014

Réécoute
Rap
Des ados d'Antony, en banlieue parisienne, se sont lancés un défi : rapper sans vulgarité. Ils ont entre 13 et 15 ans et ont choisi de prendre le contre-pied du rap médiatisé où bien souvent les insultes fusent.

 

Comme beaucoup d'ados, les Thug Nation écoutent un rap médiatisé, qui fait des millions de vues sur YouTube. Un rap dont les textes ne sont pas toujours d'une qualité extraordinaire, il faut bien l'avouer. Ces jeunes d'Antony avaient donc l'habitude de l'imiter, en écrivant des textes dans leur coin. 

Mais au collège, ils ont fait la rencontre de Mehdi. Ce rappeur a dû expliquer aux jeunes que, comme dans n'importe quel texte, l'écriture du rap devait être travaillée, sans injures lancées à la va-vite.

Son objectif : revenir aux fondamentaux du rap et faire réécouter les grands classiques comme Afrika Bambaataa.

En gommant les injures de leurs textes, les Thug Nation ont eu peur d'être vus dans leur cité comme des ringards. Mais le résultat est là : dans leur clip, ils reprennent tous les codes de la culture street. 

 

Le modèle de ces jeunes, c'est Kery James. 25 ans de carrière et aucune injure. Les Thug Nation ne veulent cependant pas lancer leur carrière dans le rap. Ce moyen d'expression, disent-ils, doit rester une passion, un loisir.

Comme le préconise leur idole, l'objectif de ces jeunes aujourd'hui est de continuer leurs études.

Reportage : Julie Davico-Pahin

 


 

Chaque jour le Mouv' met la Pop au carré, reportages à écouter par ici.

Et abonnez-vous au podcast RSS et iTunes.

Commentaires