Quand le chaman est là, les esprits dansent

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Lundi 11 novembre 2013

Réécoute
Quand le chaman est là, les esprits dansent
Le chamanisme s'empare de la steppe mongole. Depuis l'explosion du bloc soviétique, les alentours d'Oulan-Bator sont animés par les transes des sorciers qui communiquent avec les esprits.

 

Anne Cazaubon, notre correspondante en Mongolie, communique avec vous, grands esprits que vous êtes. Elle est donc un peu chaman à sa manière. Son reportage en cliquant ci-dessus.

Coiffe traditionnelle de chaman

 

Croyez-le ou non, Yangin était condamnée. Très malade, des moines l'avaient diagnostiquée mourante. Personne ne connaissait son mal. Aujourd'hui, à 25 ans, elle est mère de deux enfants. Un chaman l'a sauvée. "Il a dit à mes parents que je n'étais pas malade mais que des esprits se manifestaient en moi." Elle devait simplement laisser ses démons s'exprimer, et pour ça devenir à son tour chaman.

 

 

On lui a confectionné un premier costume. Elle qui n'était pas du tout portée sur la religion s'est mise à entrer en transe. "J'avais l'impression de m'endormir. Quand on revient d'une transe, on ne se rappelle de rien. Quelqu'un note ce que disent les esprits à travers mon corps." Sa vie a changé. Le chamanisme est devenu son métier. Et ça fait treize ans que ça dure.

 

 

Shaman, chanson de Sangally, à découvrir sur l'antenne du Mouv' © Damien Sangally, 2013

 

Elle était à l'époque l'une des premières chamans de Mongolie. Installée dans la banlieue d'Oulan Bator, elle est née dans un pays où le chamanisme était interdit. Réprimée par le bloc communiste puis marginalisée par les bouddhistes (majoritaires), cette croyance était pratiquée en cachette. Ce n'est que très récemment qu'elle est entrée dans les moeurs. Aujourd'hui, selon l'expression populaire, "il y a toujours un chaman dans la yourte d'à-côté." Et si vous tendez l'oreille, vous devriez entendre son tambour.

 

Yourte de chaman, à une trentaine d'heures de route d'Oulan Bator, en Mongolie © Anne Cazaubon

 

Et parce qu'il y a toujours un Vera Cruz à l'autre bout du monde, retrouvez l'ensemble de nos reportages en cliquant par  !

 

Commentaires