Quand la Foire de Paris s'encanaille

Boy meets girl Lundi 12 mai 2014

Réécoute
Quand la Foire de Paris s'encanaille
Manger des truffes et acheter des draps à la Foire de Paris n'a rien de franchement étonnant ni de très érotique. Et pourtant cette année, c'est en plein coeur de l'espace coquin que l'on peut le faire. Me frayant un chemin dans une foule parfois interloquée, j'ai longuement observé les visiteurs et suis partie à la rencontre des exposants.

Je vous en ai brièvement parlé la semaine dernière dans Boy Meets Girl, la Foire de Paris a inauguré pour la toute première fois cette année un espace coquin de 600 m²...

 

Or quand on pense à la Foire de Paris, on imagine une moyenne d'âge relativement élevée, et un public de dames qui viennent se procurer des gadgets de TV achats, du genre friteuse sans huile ou appareil à nettoyer la moquette.

J'étais curieuse de voir comment ce genre de clientèle pouvait se comporter dans un espace érotique. Car, après tout, on peut très bien nettoyer la moquette et conserver néanmoins une sexualité.

La truffe, ce champigon aphrodisiaque

Quand je suis arrivée, je me suis dit que je pouvais presque y aller avec ma mère : des stands de draps, de maquillage, de bonbons... Rien de bien méchant pour une exposition interdite au moins de 16 ans. Je suis quand même tombée sur un stand de truffes car, oui, il semblerait que ce champignon si riche en goût (et en prix...) serait un puissant aphrodisiaque.

 

Ambiance assez sage donc, néanmoins je me suis interrogée : les visiteurs, ils se sentent comment? J'ai observé deux catégories : ceux qui ricanent, l'air un peu embarassé, et les véritables intéressés.

Mais voilà, c'est quand même plus simple de s'intéresser au sexe et à l'érotisme quand c'est l'objet d'une exposition... Résultat : cet espace "coquin", c'était avant tout un espace "découverte" pour les gens qui ne sont pas coutumiers des love store ou des cabinets de sexologie...

 


 

> Suivez l'émission

> Abonnez-vous au podcats RSS et iTunes

Commentaires