Quand la fachosphère s'en mêle

le Reportage de la Rédaction Jeudi 04 septembre 2014

Réécoute
Dernières diffusions
Fachosphère
Il n'a pas fallu longtemps pour que la page Facebook de l'éducation Nationale soit noyée sous les commentaires racistes après la publication de cette image (ci-dessus). Une page qui a dû être nettoyée mais la rapidité de la fachosphère a encore frappé.

 

Huit enfants, et seulement deux "petits blancs" pour reprendre les termes de Philippe Vardon, président du groupe identitaire Nissa Rebela. Voilà ce qui a révolté de nombreux internautes dénonçant une provocation du ministère de l’Éducation Nationale. Et qui a entraîné un déferlement de haine sur la page Facebook du ministère.

Sous la photo mise en ligne par le ministère, outre les propos racistes, fleurissaient des allusions au "Grand Remplacement". Une théorie mise en lumière par l'écrivain Renaud Camus en 2011 et largement reprise par des groupes identitaires. Une théorie qui veut que la population française "de souche" soit remplacée par une population immigrée.

Le mythe du Grand Remplacement

Sur le web, les articles analysant ce fameux "Grand Remplacement" se sont multipliés. Damien Rieu, porte parole du Groupe Identitaire, nous explique :

La question n'est de savoir si c'est vrai ou pas. Ça l'est. Il y a des preuves scientifiques de ce remplacement de population. Il faut poser le débat.


 

Pourtant, les preuves scientifiques et les chiffres apportés par les auteurs de ces articles sont régulièrement remis en cause. Notamment par Patrick Simon, directeur de recherche à l'INED :

Ils trichent beaucoup sur ces chiffres. Et les preuves scientifiques, notamment le dépistage de la drépanocytose pour tenter d'avoir des chiffres, sont approximatives.


 

Sur Twitter, le racisme 2.0

Peu importe les preuves. Sur Twitter, en 140 caractères, les défenseurs du Grand Remplacement n'ont pas la place de la fournir. Alors, c'est par une photo ou une vidéo qu'ils vont faire passer leur message. Des pratiques difficilement condamnables.

Il reste cependant possible d'être condamné pour des propos à connotation raciste. Mais l'usage du hashtag #GrandRemplacement, qui prend de l'ampleur au fil des semaines, est-il condamnable en soi ?

"Non, cela semble correct. On ne devrait pas modérer ce commentaire s'il apparaissait sur un site" estime Jérémie Mani, de Netino, entreprise spécialisée dans la modération des commentaires sur le web et donc souvent confrontée à ce cas de figure. Tout est question alors de ligne à franchir.

Récupération politique et médiatique

Alors que les groupes identitaires craignent la censure sur les réseaux sociaux, il semble qu'ils aient trouvé une légitimation politique et médiatique. Le FN s'empare en effet facilement de ce terme et récemment ce sont les éditorialistes Ivan Rioufol et Eric Zemmour qui ont évoqué la notion de Grand Remplacement.

 

 


Reportage : Maxime Fayolle

Les choix actu du Mouv', c'est tous les jours dans le Reportage de la Rédaction

Et abonnez-vous au podcast RSS et iTunes

Commentaires