Qu'il est beau mon ghetto

Rien à voir Vendredi 20 juin 2014

Réécoute
Qu'il est beau mon ghetto
Une résidence pour homosexuels va ouvrir cet été dans le Lubéron. Vingt-un appartements estampillés « gay friendly ». Ou comment faire passer de viles stratégies commerciales pour du progressisme.

On croyait qu'on appelait ça un ghetto, mais non non non, le promoteur de l'affaire clame que ça n'a rien à voir. Je le cite :

Aux Etats-Unis ou en Afrique du Sud, ce type de lotissement existe, mais exclusivement réservé aux gays. Nous, nous n'avons qu'un seul critère : ce hameau est interdit aux homophobes.


 

Formidable.

On attend donc avec impatience la résidence Noirs friendly, le lotissement Arabe friendly ou Juifs accepted.

Depuis quand doit-on préciser qu'une communauté est la bienvenue quelque part ?

Pour la forme, on rappelle que les homosexuels ne sont censés être discriminés nulle part. Mieux encore, on n'est pas censés demander à quelqu'un son orientation sexuelle quand on lui fait visiter un appart. Que ce soit pour le lui refuser ou pour lui en donner la priorité.

Faire du communautarisme un argument de vente immobilière, c'est moche.

 


 

 Retrouvez Elodie Emery sur Twitter

> Retrouvez toutes les chroniques

> Abonnez-vous au podcast, RSS et iTunes

Commentaires