Qu'est ce qu'on aura dans nos assiettes en 2020 ?

Mouv' Futur (2015-2016) Vendredi 27 février 2015

Réécoute
2020, qu'est ce qu'on aura dans nos assiettes en 2020 ?
Gélules, chenilles, steak de soja ou viande fabriquée à base de pois ? Qu'est ce qu'on trouvera dans nos assiettes en 2020 ?

La révolution est en marche

Aux États Unis, dans la Silicon Valley, des entreprises, des chercheurs inventent des projets plus fous les uns que les autres pour trouver des solutions aux problématiques du futur. Comment nourrir 9 milliards d'êtres humains en 2050 ? Comment nous assurer une alimentation complète sans créer un véritable désastre écologique ?

Certains croient en la viande synthétique, fabriquée à partir de protéines de soja ou de pois. D'autres au steak imprimé en 3D, aux insectes, ou encore en une boisson contenant 98% de nos apports quotidiens en vitamines, protéines, fer, etc. Mais pour l'instant, ces marchés de produits alimentaires parrarèles, souvent considérés comme incongrus pour la culture occidentale, restent des niches.

Réalité ou Fiction ?

Une eau de couleur bleue, enrichie en micro algues, capable de remplacer un blanc de poulet. Des criquets grillés en apéritif et des cupcakes imprimés en 3D en dessert, c'est possible ? Le mythe de la gélule ou du tube nutritif peut il devenir notre quotidien ? Pierre Feillet membre de l'académie nationale des technologies n'y croit pas. En fait en 2020, on a surtout des chances de manger la même chose quand 2015.

Il faudra quand même tenir compte des évolutions démographiques. En 2050, on sera 9 milliards sur Terre.  On a calculé qu'il faudrait augmenter de 70% nos productions d'aliments pour nourrir toute la planète. Coté pays émergents, les populations mangent de plus en plus de viande. Alors, coté occident, il faudra en consommer moins. Il existe une solution très simple : arrêter de gaspiller.

Chaque année, on gaspille pratiquement 1 milliard et demi de tonnes de nourriture dans le monde. Et rien qu'en France, on en jette plus de 7 millions de tonnes. Une piste, une solution a déjà pointé le bout de son nez : en  Belgique. Depuis 2013, les invendus alimentaires des grandes surfaces sont donnés à des associations caritatives.

Alors pourquoi pas en France ? Ce sera peut être le cas. Puisqu'une loi contre le gaspillage alimentaire devrait être votée dans les deux mois qui viennent.

Commentaires