Qu'en sera-t-il des "éditocrates" en 2025 ?

Coucou 2025 Vendredi 04 avril 2014

Réécoute
Qu'en sera-t-il des "éditocrates" en 2025 ?
Chaque semaine, Alexandre Majirus fait un tour dans le futur d'où il nous ramène en exclusivité des infos sûres à 99,99%. Si une anticipation s'avère fausse, c'est le futur qui est en tort, pas notre chroniqueur.

Contre toute attente, en 2025, Cyril Hanouna devient éditocrate... Je n'ai pas de chute, c'est ça la blague.

Et figurez-vous que moi aussi, en 2025, j'ai cédé aux sirènes de l'éditocratie. Je suis parti du Mouv' en claquant la porte. Pas qu'on soit en mauvais termes, non, simplement les portes de Radio France sont quelque peu récalcitrantes, et il faut y aller fort pour les fermer.

Bref, en 2025, me voici donc du côté des éditocrates du web, ceux-là mêmes que nous avions vilipendés en 2014 dans une émission de radio. À mon actif, quelques papiers remarqués notamment un consacré à la cigarette électronique qui en substance disait : « Après les premiers cas de cancer à cause des cigarettes électroniques, notre chroniqueur s'insurge et vous explique pourquoi il faut fumer de vraies cigarettes. » ; Un autre papier qui a fait le tour de la toile, même si on ne dit plus toile en 2025, et dont l'introduction disait : « Face à la multiplication des bars qui interdisent le port de Google Glass, notre chroniqueur s'offusque et vous explique pourquoi il vaut mieux porter des lunettes de vue. »

Ces deux articles ont été mon passe-droit pour rentrer dans le cercle des éditocrates officiels. Je ne vais pas vous cacher qu'en 2025, ils sont devenus complètement zinzins. L'indignation permanente leur est montée à la tête et tout est bon pour tirer sur les ambulances en tirant à la ligne :

13 juin 2025, 9h du matin. Bruno Roger-Petit, vous commandez un caffè macchiato. Le stagiaire barista, pas bien réveillé, oublie de mettre du lait. Il ne perd rien pour attendre. Une demi-heure plus tard, vous publiez sur Le Plus un article intitulé : « Barista, café sans lait et jour de colère : une convergence intrigante et ambiguë ? »

 Le même soir, Mathieu Géniole, également chroniqueur sur Le Plus, rentre chez lui. Sa femme a préparé une quiche aux légumes. Mathieu Géniole déteste la quiche aux légumes et compte bien lui faire payer. Tout en la gratifiant de compliments fourbes, « mmmh, délicieuse ta quiche, chérie », il prépare sa vengeance. Il a déjà le titre : « L'infâme quiche aux légumes de ma femme ».

Mais tout cela est bien vain. En 2025, nous, les éditocrates, avons perdu de notre superbe, de notre influence légendaire. À une autre époque, Mathieu Géniole, avec son papier sur le Grand Journal, avait réussi à faire licencier 200 personnes et faire en sorte qu'à chaque Festival de Cannes, le Grand Journal ne se pose plus sur la croisette, trop bling-bling !, mais dans la banlieue d'Antibes, sous un abribus sobre. Alors qu'avec son papier sur la quiche aux légumes, rien, nada, Mathieu Géniole n'a pas réussi à faire virer sa femme.

Pendant que certains perdent de leur influence, d'autres perdent définitivement la tête. Guy Birenbaum, entre autres. Après s'être courageusement attaqué à Yannick Noah, Twin Twin, la quenelle, les écarts scandaleux de revenus au sein des couples dans sa rubrique « Birenbaum bashe », Guy finit par craquer. En 2025, Guy bashe Vincent Lambert, ce tétraplégique en état végétatif. À la fin de son billet, Guy Birenbaum propose même à Vincent un combat de Lucha Libre pour voir qui est le plus fort. La famille de Vincent Lambert accepte. Vincent Lambert gagne. Guy Birenbaum est obligé de démissionner.

Pendant que certains perdent la tête et leur honneur, d'autres perdent leur job. Mediapart enquête sur mon compte et découvre le pot aux roses : mon article sur les cigarettes électroniques a été financé par le lobby du tabac et celui sur les Google Glass par Alain Afflelou. Ces collusions me coûtent mon poste. En 2026, en hommage à Emile Cioran, je décide de me suicider.

@alexmajirus


> Écoutez Touche pas à mon poke en entier.

> N'oubliez pas de liker la page de l'émission sur Facebook et de suivre @tpmpk_lemouv sur Twitter. 

> Abonnez vous au podcast, RSS et iTunes.

Commentaires