Présidentielles en Tunisie: le retour du régime de Ben Ali

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Mercredi 19 novembre 2014

Réécoute
Présidentielles en Tunisie: le retour du régime de Ben Ali.
La première élection présidentielle a lieu ce week-end en Tunisie. Quatre ans après la révolution qui a mis fin à vingt trois années de dictature Ben Ali, ce scrutin a tous tous les symptômes d'une Restauration de l'ancien régime.

 

C'est la première fois que les tunisiens vont avoir le droit de choisir leur président mais vus les candidats, ont ils vraiment le choix?

C'est choisir entre la Peste et le Choléra!

Parmis les 27 candidats à cette élection présidentielle il y a d'abord le président sortant Moncef Marzouki, un ancien opposant du régime de ben Ali aujourd'hui soutenu par les islmaistes d'Ennahda qui ont dirigé la tunisie post révolutionnaire.

Et puis il y a le grand favori est un ex premier ministre de la dictature de Ben Ali: Caïd Essebsi. Il a 87 ans,  et son parti anti-islamiste Nidaa Tounès a remporté les législatives du 26 octobre dernier sur Ennahda dont le bilan est assez mitigé enterme économique et social.


On trouve aussi d'autres anciens ministres de Ben Ali dans la liste des candidats avec également un richissime homme d'affaires au passé nébuleux.

S'il fallait encore un autre signe. Le gendre de l'ancien dictateur est rentré cette semaine en Tunisie sans être inquiété par la justice.

c'est bien là le problème, il ne peut pas y avoir d'élection tant que la Tunisie n'a pas jugé les anciens du régimes! explique Tunisian Girl l'une des figure de la révolution tunisienne.


 

Il n'y a aucun jeune dans les candidats à cette présidentielle, alors même qu'ils ont fait la révolution.

Reste dans les candidats la figure de proue de la gauche tunisienne,  Hamma Hammami, et seulement une femme, une magistrate, connue pour défendre l'indépendance de la justice:   Kalthoum Kannou.


De quoi désespérer toute la génération bloggueurs qui avec les jeunes et les femmes avaient pourtant porté le printemps tunisien en 2011.


 

Commentaires