Pour se détendre un peu au sujet de Jérôme Kerviel

Rien à voir Mardi 20 mai 2014

Réécoute
Pour se détendre un peu au sujet de Jérôme Kerviel
Il a été trader, il a joué avec l'argent (beaucoup), il a perdu (beaucoup), il s'est repenti. Bon. C'est bien, mais de là à en faire un prophète, faudrait voir à ne pas exagérer.

A chaque semaine sa star médiatique. La semaine dernière c’était Conchita Wurst, le travesti qui a affolé la planète Eurovision. Cette semaine, c’est le trader repenti : Jérôme Kerviel. Soit le seul sujet sur lequel Jean-Luc Melenchon et Marine Le Pen tombent d’accord.

Quand il a été arrêté, dimanche soir, à Menton, Jérôme Kerviel a parlé avec solennité, il a dit : « Je me rends en homme libre à la police et à la justice française ». La presse a noté qu’il n’avait pas opposé de résistance, il a été digne, les gens de son comité de soutien pleuraient... C’était déchirant. Ca fera une scène magnifique dans le futur film que prépare Christophe Barratier sur Kerviel. C’est le réalisateur des Choristes. Laissez-moi vous dire que ça va être du cinéma de qualité.

Question : qu’est-ce que c’est que ce cirque ?

Oui, Jérôme Kerviel prend à la place de la Société Générale. Non, ce n'est pas normal. Le système bancaire s’en sort indemne et c’est dégueulasse. D'accord aussi. Maintenant de là à transformer Kerviel en Jésus Christ, il y a quand même un pas.

By the way : pour décrouvrir une autenthique héroïne qui a dénoncé les agissements du monde de la finance, sans s’en coller plein les fouilles au passage, on recommande le livre de Stéphanie Gibaud, qui s’appelle La femme qui en savait vraiment trop. Cette femme travaillait à la communication évènementielle de la banque suisse UBS. Elle a mis le doigt un peu par hasard sur un système d’évasion fiscal et de blanchiment d’argent, et elle aussi, elle a pris très cher. Mais au final, c’est en partie grâce à elle qu’une information judiciaire est aujourd’hui ouverte contre UBS.

 


 

 Retrouvez Elodie Emery sur Twitter

> Retrouvez toutes les chroniques

> Abonnez-vous au podcast, RSS et iTunes

Commentaires