Petits tracas pour Whisper

L'actualité numérique Vendredi 17 octobre 2014

Réécoute
Petits tracas pour Whisper
L'appli soi-disant "la plus sûre d'Internet" vient de ramasser un très joli tacle glissé de la part de nos confères du Guardian.

 

C'est ce qu'on appelle communément un scud en pleine face. Le Guardian vient de publier un article dénonçant les pratiques d'une des applis stars de 2014 : Whisper. En visite dans les locaux de l'entreprise américaine pour évoquer la possibilité d'un partenariat, le quotidien britannique a été un peu échaudé par ce qu'il a perçu de ses pratiques.

 

Selon nos confrères, l'appli qui se présente comme "the safest place on Internet" collecterait les données de ses utilisateurs sans les en informer, notamment leurs infos de géolocalisation. Pire, certaines de ces données auraient été transmises au ministère de la Défense.

L'application, qui fait également dans les scoops et les potins, suiverait aussi à la trace certains utilisateurs pouvant potentiellement fournir des ragots croustillants, type employés de la Maison Blanche, de Hollywood ou de la Silicon Valley.

Une série de posts Whisper repérés autour de la Maison Blanche (© Guardian) 

 

Whisper a démenti les infos du Guardian, assurant ne stocker aucune donnée, et n'avoir transmis à l'armée que des infos concernant des militaires évoquant le suicide. Cela dit, prévenu quelques jours avant la publication de l'article, Whisper a modifié ses conditions d'utilisation, informant désormais les usagers que, même s'ils désactivent la géolocalisation, leur IP permet de savoir approximativement d'où ils postent.

Le bad buzz en tout cas fonctionne déjà, puisque Buzzfeed a annoncé la suspension de son partenariat avec Whisper dans l'attente de plus d'informations...


 

Retrouvez toutes les chroniques "L'actualité numérique"

> Abonnez-vous aux podcasts : RSS et iTunes

Commentaires