Paris 8 : université sous surveillance

le Reportage de la Rédaction Lundi 11 novembre 2013

Réécoute
Dernières diffusions
Paris 8 : université sous haute surveillance
Agressions, vols, trafics, squats : la délinquance mine le quotidien de l'Université Paris 8 à Saint-Denis. Pour répondre au ras-le-bol la présidence veut "sécuriser" les lieux avec vigiles et vidéo-surveillance. Quitte à froisser certains défenseurs de "Paris 8-la libertaire".

 

Benjamin Illy est retourné sur les bancs (tagués) de Paris 8. Reportage complet à écouter en cliquant ci-dessus.

Phrases à méditer un peu partout sur les murs de Paris 8, par Benjamin Illy.

 

Ces derniers mois la petite délinquance, a pris ses quartiers sur le campus de Paris 8 basé à Saint-Denis (Seine Saint-Denis) qui réuni 22 000 étudiants. Les dealers s'installent sans complexe à la terrasse du snack, vols et agressions se multiplient.

La présidence de l'université veut "sécuriser" les lieux avec des vigiles, de la vidéo-surveillance et un contrôle à l'entrée après le dépôt d'une vingtaine de plaintes sur l'année 2012-2013 et une pétition pour dénoncer l'insécurité qui a réuni 1500 signatures.


Entrée de l'université "Paris 8" à Saint-Denis, par Benjamin Illy.

 

AG du syndicat Solidaires à l'UFR Arts et Philosophie, par Benjamin Illy

 

Un plan de sécurisation chiffré pour l'instant entre     800 000 et 1 000 000 d'euros qui a de quoi susciter le débat à l'université Paris 8, héritière du Centre expérimental de Vincennes, auto-gérée et libertaire, crée en 1968 avant de déménager à Saint-Denis en 1980.

Depuis l'esprit n'a pas changé : université ouverte à tous ! Le syndicats Solidaires Paris 8, tente de mobiliser les étudiants contre ces nouvelles mesures. Pour l'heure les assemblées générales n'ont pas réuni plus de 150 personnes.

 

 

 

De son côté l'UNEF, le principal syndicat étudiant reconnaît le problème d'insécurité mais dénonce le "flou" de certains articles du règlement intérieur nouvelle version. Notamment ceux concernant le contrôle des cartes à l'entrée, qui laisserait trop de marge de manoeuvre à la direction de l'université.

Le Syndicat solidaire dénonce une forme de "flicage". L'UNEF, principal syndicat étudiant, tout en ayant conscience des problèmes, tient à nuancer. Sarah Garrido, présidente de l'UNEF Paris 8 au micro de Benjamin Illy.

Au coeur du bâtiment A, le plus délabré, le plus tagué, le plus squaté de l'université, avec Sarah Garrido, présidente de l'UNEF Paris 8, par Benjamin Illy.

 

 

 






Commentaires