Oxford remporte l'Euro de quidditch

Pendant ce temps, à Vera Cruz Lundi 03 février 2014

Réécoute
Oxford remporte la coupe d'Europe de quidditch
Le principal événement sportif du week-end n'était peut-être pas le Super Bowl. A Bruxelles se déroulait la coupe d'Europe de quidditch. Six nations représentées, une vingtaine de clubs et des balais cloués au sol. La discipline continue de se développer.

 

"Le terrain est plein de boue, on est sales, mais pour les plaquages, ça fait moins mal que sur un sol sec."Amélie a les godasses pleines de terre, et pas que les godasses. Ce week-end, avec ses camarades du Paris Phénix (l'un des cinq clubs français officiels de quidditch), elle remettait son titre de championne d'Europe en jeu.

 

Finale franco-anglaise (Paris Phénix Vs Oxford University), les quidkids fixent tous le sol avant le coup d'envoi

 

La coupe d'Europe de quidditch n'a ni l'ampleur médiatique de la Champions League de football, ni les mêmes infrastructures. Le rendez-vous est fixé sur un vieux terrain sans gradin, au milieu d'un bois de Bruxelles. En approchant, on ne s'imagine pas trouver là des dizaines de quidkids (terme désignant les habitués de la discipline) venus de six pays (France, Royaume Uni, Italie, Espagne, Belgique et Norvège) et portés par une si impressionnante maestria.

 

L'équipe d'Oxford University en phase qualificative

 

Parce que le quidditch est un art. "C'est un mélange de rugby, de handball et de balle aux prisonniers", continue Amélie qui parle d'un sport de contact. C'est peu de le dire. Les brancards des secouristes vont et viennent sur les deux terrains du tournoi. Une quidkid belge est assise en touche, la jambe plâtrée. La fracture date du matin-même, mais elle a tenu à revenir "pour encourager les amis". Eduardo, un participant barcelonais, sort de jeu la lèvre ouverte. "J'ai du sang sur la figure ? Je ne m'en rends pas compte. Quand on joue, c'est un peu cahotique et parfois on se fait mal, mais je m'en soucierai une fois la compétition terminée."

 

Edouardo, des Barcelona Eagles, blessé à la lèvre inférieure, prépare sa prochaine laverie

 

Les règles sont moins complexes qu'elles n'en ont l'air :

  • Les poursuiveurs tentent d'envoyer un ballon (le souaffle) dans l'un des trois cerceaux de l'équipe adverse (10 points par lancer réussi).
  • Les batteurs balancent d'autres ballons (les trois cognards) sur les adversaires. Les joueurs touchés sont alors mis hors-jeu jusqu'à ce qu'ils soient retournés dans leur fond de terrain. La même sanction intervient si votre balai quitte votre entrejambe.
  • Au bout de vingt minutes, un vif d'or apparaît et vous devez l'attraper (cela rapporte 30 points et met fin à la partie). Dans la saga Harry Potter, il s'agit d'une balle volante. Mais ici, la balle est accrochée au short d'un adversaire.

 

Petit kit de quidditch (pour deux équipes) :  quatorze simili-balais, six cerceaux, quatre ballons

 

"Le meilleur poste, c'est celui du vif d'or", s'amuse Dale, un Anglais qui a tenu ce rôle pendant la finale, dimanche. "Le public nous adore et on n'a aucune règle. On est là uniquement pour s'amuser, faire des blagues aux participants. On peut les couvrir de mousse à raser ou de gel. Moi je leur donne des cartes à jouer pour qu'il tape la belote sur la touche."

 

Dale, vif d'or de la finale, sa balle à décrocher et son jeune fan

 

Harrison Homel, membre de l'IQA

 

Les deux clubs parisiens (le Paris Phénix et le Paris Frogs) réunissent principalement des élèves de STAPS. Tous ne sont pas fans des aventures de Poudlard. "Ce qui est formidable avec ce sport," explique Harrison Homel, responsable des ligues nationales au sein de l'IQA (la FIFA du quidditch), "c'est qu'il fait se rencontrer des fans d'Harry Potter bien sûr, mais aussi de plus en plus de rugbymen et de footballeurs qui viennent simplement parce que la discipline leur plait, qu'ils aient lu les livres ou non."

L'autre particularité de cette activité est d'être totalement mixte. "On se fiche totalement des genres," se réjouit Priya Shah, de l'équipe d'Oxford University"Chacun joue comme il le peut et on se respecte tous."Zoé Moniconi, coorganisatrice du tournoi européen, renchérit : "c'est rare d'avoir un tel brassage, et comme il y a une grande part de stratégie, même ceux qui ne sont pas particulièrement athlétiques peuvent aider."

 

 

En attrapant le vif d'or ce quidkid d'Oxford vient de remporter la coupe d'Europe

 

Après deux jours de compétition, la team de Priya Shah s'est imposé en finale face à Paris Phénix. Large victoire 90 à 30. Les six meilleurs clubs de la compétition ont gagné un ticket pour la coupe du monde, aux Etats-Unis, en avril. Pas certain que tous puissent faire le déplacement, ça dépendra des financements. Pas simple encore, de trouver des sponsors, mais ça changera peut-être. Après tout, à la précédente coupe d'Europe, il n'y avait que six équipes en lice. La folie quidditch prend son envol.

 

Derby Paris Phénix (oranges) Vs Paris Frogs (blancs) en phase éliminatoire de la coupe d'Europe

 

Harry Potter, c'est aussi l'objet d'un cours à Sciences Po. On en avait parlé ici.

On écrit même des traités de philosophie à son sujet. Si si, c'est .

Mais la carrière de JK Rowling ne s'est pas arrêté avec la fin des histoires du sorcier. L'aventure continue par ici.

 

Vous prendrez bien un petit verre de bièraubeurre ?

 


Reportage, photos et mise en page © Augustin Arrivé, Le Mouv'


Commentaires