Ouverture de la saison des mariages: tous aux abris

Rien à voir Mardi 03 juin 2014

Réécoute
Ouverture de la saison des mariages: tous aux abris
Passé 25 ans, le mois de juin signe l'ouverture d'une funeste période : celle des mariages.

 

Fini le temps où vous pouviez disposer de vos week-ends comme vous l'entendiez. A partir de maintenant, c'est au rythme des unions de vos camarades que vous organiserez votre calendrier. Vous aviez envie d'une petite semaine de vacances en Grèce ? Dommage ! C'est à Ibiza que vous allez, parce que c'est là que Patrick et Sylvie ont décidé de se dire "oui".

 

Fini le temps où vous étiez libre de dépenser vos petites économies comme vous le souhaitiez. Désormais votre compte ne servira plus qu'à éponger les fastueuses dépenses de billets de train, de chambres d'hôtes, et de cadeaux de mariage.

 

 

S'il n'y avait que ça, on passerait (peut-être) l'éponge. Mais il y a aussi la préparation de l'événement. Deux mois avant, vous recevez un email d'une fille que vous ne connaissez pas ; il y en a toujours une qui anticipe, c'est obligé. C'est une sadique, en général. Elle propose tout un tas de truc débiles que personne n'a le courage de refuser. C'est pas compliqué, tous les programmes de Canal + y passent.

 

 

Un exemple parmi des centaines d'autres :

 

Quelle que soit la qualité du résultat (souvent consternant), les mariés sont toujours contents.

Pas parce qu'ils sont émus, non non. Pour une autre raison, moins glorieuse : les types ça fait 11 mois qu'ils se prennent la tête pour le plan de table et la couleur des napperons, du coup quand ils réalisent que leurs potes aussi ont galéré comme des chiens pour leur pondre une vidéo, ils se sentent moins seuls.

Comme quoi le mariage, c'est vraiment un truc perdant-perdant.

Vivement l'hiver.

 


 

 Retrouvez Elodie Emery sur Twitter

> Retrouvez toutes les chroniques

> Abonnez-vous au podcast, RSS et iTunes

Licence
PaternitéPas d'utilisation commercialePartage selon les Conditions Initiales Certains droits réservés par steve lorillere

Commentaires