Otages en Syrie: les réseaux passés au crible

L'actualité numérique Lundi 27 octobre 2014

Réécoute
Otages en Syrie: les réseaux passés au crible
Un passionnant article du New York Times nous éclaire sur un nouvel aspect numérique de la captivité des otages en Syrie.

 

Un grand merci aux petits yeux agiles de la vigie de nos confrères de Rue89, qui ont mis la main sur cet excellent article du New York Times, où l'on peut une nouvelle fois constater à quel point les outils numériques font partie intégrante de la stratégie des combattants djihadistes.

On y apprend que dès les premiers interrogatoires, les otages en Syrie se sont vus demander les mots de passe de leurs différents comptes en ligne.

 

Le destin des différents otages (© New York Times) 

 

Toute leur vie numérique est alors passée au crible: timeline Facebook, conversations Skype, mails, photos...

Même les réseaux les plus inoffensifs à première vue peuvent se retourner contre les captifs. C'est ainsi qu'un otage britannique aurait, selon l'article, dû reconnaître un passé militaire à la suite d'informations récoltées par ses geôliers sur LinkedIn.

Car, ce que cherchent avant tout les djihadistes, ce sont des moyens de pression, des liens réels ou supposés avec une agence de renseignements ou l'armée.

Des photos récupérées, par exemple, sur l'ordinateur de James Foley, prises en compagnie de soldats américains en Afghanistan et en Irak, avaient valu à l'otage des maltraitances supplémentaires...


 

Retrouvez toutes les chroniques "L'actualité numérique"

> Abonnez-vous aux podcasts : RSS et iTunes

> Crédit Photo CC par Marion Boucharlat pour Owni

Commentaires