Opération "Ricky Martin contre révolution" à Cuba

L'actualité numérique Vendredi 04 avril 2014

Réécoute
Opération Ricky Martin contre révolution à Cuba
Les Etats-Unis ont lancé discrètement un Twitter cubain pour tenter d'ébranler le régime communiste du pays. Un échec, le réseau a fermé deux ans plus tard.

Le 17 avril 1961, 1.400 exilés cubains recrutés par la CIA débarquent dans la Baie des Cochons à Cuba pour tenter de renverser Fidel Castro. L’opération est un total fiasco et deux jours plus tard, les combattants se rendent.

Aujourd’hui, les États-Unis ne débarquent plus à Cuba par la plage, mais par Internet. Et ce n’est pas plus concluant. L’USaid, l’Agence des Etats-Unis pour le développement international, a lancé en 2010 un Twitter cubain, baptisé ZunZuneo, pour tenter d’ébranler le régime communiste local.

Quatre ans plus tard, il ne reste plus rien de ZunZuneo, fermé en 2012. Juste une malheureuse page Facebook, avec 520 likes (dont une bonne moitié de likes ironiques).

Dans un Internet cubain très corseté, ZunZuneo est une sorte de Twitter préhistorique, à l’époque pas si lointaine où le réseau social se destinait essentiellement au partage de messages par SMS. La référence à Twitter est directe: en argot cubain, un ZunZuneo est un colibri. Un des fondateurs de Twitter, Jack Dorsey, a même été contacté pour participer au financement de l’opération.

Le plan américain est en deux étapes : d’abord construire un innocent réseau social où les Cubains parlent de foot ou de musique. Sur la page Facebook, le gentil administrateur demande à ses fans:

Vous souhaitez obtenir les dernières news de stars comme Ricky Martin, Jennifer Lopez et Lionel Messi? Inscrivez-vous aux groupes dédiés


Après avoir offert du Ricky Martin aux Cubains, les Américains espéraient tirer partie de ce jeune public pour mener des actions subversives, en introduisant des contenus plus politiques et tenter d’organiser des mobilisations du type flashmobs.

Sans doute pas le type de flashmobs de Cauet qui danse le Gangnam Style avec ses fans devant la Tour Eiffel. Plutôt des flashmobs à la bélarusse, où de jeunes opposants politiques organisent des actions symboliques, toujours sans aucun slogan politique afin d’échapper à la répression.

La théorie du chat mignon

La stratégie américaine rappelle «la théorie du chat mignon», du chercheur américain Ethan Zuckermann. Il vaut mieux développer des actions de subversion sur des réseaux sociaux grands publics, où s’échangent des photos de chats mignons. Car si le gouvernement local venait à les fermer, il y aurait sans doute un mouvement de révolte des usagers. Pas forcément pour défendre les activistes politiques censurés, mais au moins le droit à regarder des photos de lolcats.

ZunZuneo atteindra au maximum les 40.000 utilisateurs à Cuba, loin des 200.000 prévus au départ. L’USaid avait décidé entre temps de changer de stratégie et de rester un réseau social modeste à Cuba, pour ne pas que les autorités locales s’en préoccupent. Pas suffisant: le site disparaîtra mystérieusement en 2012, sans doute blacklisté par le gouvernement cubain.

ZunZuneo en sera resté à sa phase Ricky Martin. Seule source de satisfaction pour les Américains : personne n’a jamais découvert leur implication dans le réseau social, qui avait été financé, pour plus de discrétion, avec l’aide de société écrans basées aux Iles Caïmans.

Une opération humanitaire selon les Etats-Unis

La Maison-Blanche n’a pas démenti l’existence de ZunZeno révélée par Associated Press, mais tient à préciser que ce n’était pas une opération «secrète» mais une opération humanitaire nécessitant de la «discrétion».

Le caractère humanitaire de l’opération n’est pas franchement évident, d’autant que les Etats-Unis ont aussi profité de ZunZuneo pour collecter des données personnelles sur les utilisateurs du réseau.

Deux semaines après que la Turquie ait bloqué Twitter, la révélation de l’existence de ce Twitter cubain pose la question de savoir qu’est ce qui est le plus efficace pour contrôler Internet : la froide censure à la turque ou la discrète manipulation à l’américaine. L’exemple turc l’a montré: il est très difficile d’empêcher les citoyens de communiquer entre eux. Mieux vaut, sans doute, leur offrir un réseau social avec du Ricky Martin, mais contrôlé en sous-main par l’Etat.

Vincent Glad.

 


 

> Retrouvez toute l'actualité numérique

> Abonnez vous aux podcasts : RSS et iTunes

Commentaires