On parle wolof sur nos campus

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Mardi 03 septembre 2013

Réécoute
On parle wolof sur nos campus
9.000 Sénégalais étudient actuellement en France. Nos universités attirent toujours autant, tandis que les diplômes proposés à Dakar n'offrent pas assez de perspectives. Le Mouv' a suivi ces expatriés au moment du grand départ.

 

Bineta Diagne a mis un micro dans son petit cartable, et elle a fait sa rentrée des classes à Dakar. Pour écouter son reportage, cliquez ci-dessus.

 

Ils s'appellent Joseph ou Marie-Anne, ils viennent d'empocher leur bac, et ce n'est pas rien dans un pays où le taux de réussite de l'épreuve n'atteint pas les 40%. La joie des études supérieures s'offrent à eux. Deux possibilités : abandonner là et se lancer dans le monde cruel du travail, ou s'inscrire à l'Université Cheikh-Anta-Diop de Dakar, par exemple.

 

Ceux qui tentent leur chance dans cette fac se retrouvent dans des amphis vieillissants et surchargés (69.000 étudiants en 2011 pour trois fois moins de places) avec en ligne de mire un diplôme qui ne leur promettra pas forcément un boulot. Beaucoup préfèrent troquer cette incertitude contre une autre, plus grande encore : l'exil.

 

Un amphi surchargé de l'université Cheikh-Anta-Diop de Dakar

 

9.000 Sénégalais étudient aujourd'hui en France, et en ce beau mois de septembre, 5.500 se préparent à intégrer nos universités. Au moment de quitter sa famille, son pays et sa vie, la pagaille administrative des inscriptions n'est pas forcément le plus gros kiff du monde. Marie-Anne n'a même pas encore demandé son visa, à un mois de sa rentrée à Metz.

 

L'agence Campus France tente de les aider : trouver un logement, comprendre les systèmes de sécurité sociale... Même nous, on n'y comprend pas grand chose, alors imaginez quelqu'un qui n'a jamais grandi dans ce monde-là. Et l'agence regrette de perdre trop souvent le contact avec ces étudiants une fois qu'ils sont implantés en France. Ce lien fragile passera sans doute par les réseaux sociaux.

 

 

Pendant ce temps, à Vera Cruz les petites choses qui se passent sur notre grande et belle planète. C'est votre nouveau rendez-vous tous les jours à 7h15 sur le Mouv'. 

Et retrouvez l'intégralité de la Matinale du Mouv' par ici : laissez-vous guider par Benoît Bouscarel pour deux heures de réveil en douceur.


Commentaires