Oh my God, je suis fan!

La Pop au carré Vendredi 21 février 2014

Réécoute
Oh my God, je suis fan!
D'Elvis Presley à Lady Gaga en passant par The Police et Patti Smith, on a tous eu une idole à un moment de notre vie. Les fans sont fascinants par leur comportement, décrypté ce soir lors d'une conférence à l'Auditorium du Louvre.

C'est évident, nos passions pour certains groupes ou certains chanteurs conditionnent notre vie. Dans son admiration, le fan se révèle, s'identifie et se construit au sein de la société. Dans le cadre de son cycle Clip & Clap, le Louvre leur consacre une soirée conférence, live et vidéo ce vendredi à 20h30.

Bieber for ever / cc Flickr par Steel Wool

Typologie du fan

Il existe plusieurs types de fans: le fan psychopathe (John Lennon en a fait les frais), le fan collectionneur (qui possède tout de son idole, les CD's, les posters et les goodies), mais aussi le fan puriste (celui qui est fan des Pink Floyd mais que de leur 2 ème album), il ne faut donc pas se tromper et choisir son camp.

Look, hystérie et mots d'amour

Le fan naît à l'adolescence. Il recherche une figure à laquelle il peut s'identifier. L'intensité de l'adoration peut aller loin jusqu'à s'habiller et se coiffer comme son chanteur préféré.

Aujourd'hui, la banane à la Elvis Presley revient en force chez certains pendant que la gent féminine tente parfois des couleurs de cheveux improbables pour coller au plus près au look de Lady Gaga.

En pélerinage Elvisien à Menphis Tennessee / cc Flickr par TheFaithful
  

Et que ce soit pour les Beatles, The Police, Justin Bieber ou David Bowie, le fan n'hésite jamais à donner de la voix pour hurler son amour à sa star. Le "Oh my God !" (onomatopisé en "Omagad !") est devenu une expression inter-planétaire pour exprimer sa joie.

Moi, adulte, je reste fan !

Quand il a une vie plus posée, une famille et des enfants, rien n'empêche le fan de le rester. Et quand il veut que son admiration reste gravée à vie, il sait être subtil... Certains donneront en deuxième prénom à leur enfant, celui de leur idole.

Son deuxième prénom à lui, c'est sans doute "Polna" / Capture d'écran
  

C'est vrai qu'en prénom principal, ça peut parfois être dur dans la cour de récré.

Reportage d'Annelaure Labalette. Mise en page : Sébastien Sabiron


 

Chaque jour le Mouv' met la Pop au carré, reportages à écouter par ici.

Et abonnez-vous au podcast RSS et iTunes.

Commentaires