Noël, c'est pas un cadeau : la success-story Jungle Speed

le Reportage de la Rédaction Vendredi 20 décembre 2013

Réécoute
Dernières diffusions
Noël, c'est pas un cadeau : la success-story Jungle Speed
Créé par deux lycéens français, Jungle Speed fêtera ses 20 ans en 2014. Ce jeu d'ambiance aux règles simplissimes se vend toujours à des centaines de milliers d'exemplaires par an. Reportage dans les coulisses d'une success-story à la française.


Sébastien Sabiron a testé ses réflexes face à l'équipe Jungle Speed. Il a perdu. Son reportage est à écouter ci-dessus.

C'est un totem qui a pris valeur d'icône. Une icône de la "French Touch" du jeu de société. Jungle Speed, c'est 4 400 000 exemplaires vendus à travers le monde, un totem en bois, des cartes au graphisme tribal, une règle simplissime et un slogan bien senti : "Jeux de mains, jeu malin !"

De gauche à droite : Thomas Vuarchex et Pierric Yakovenko, les deux créateurs de Jungle Speed en 1997 / DR
  
Au départ il y a deux copains de lycée, picards et serial gamers : Thomas Vuarchex et Pierric Yakovenko. Tous deux sont fans du jeu du briquet (ou du bouchon), un jeu de colo. Ils décident de compliquer un peu les règles et de remplacer le briquet par un totem en bois qu'ils sculptent à la main. Jungle Speed est né.
   
Pour le fun, Pierric et Thomas proposent leur prototype à des éditeurs de jeu, qui n'y croient pas une seconde. Eux non plus. Ils laissent l'idée de côté jusqu'en 1996. Leurs études finies, ils font réaliser 200 exemplaires de Jungle Speed et se lancent dans une tournée des bars. Thomas Vuarchex :
   
Lecture
 
Partager
Premiers prototype / DR
  
La clientèle et les patrons de bistrots accrochent tout de suite au concept du jeu. Ses créateurs le commercialisent à compte d'auteur et en vendent 12 000 exemplaires en deux ans. Convaincus de son potentiel, ils tentent à nouveau de séduire les éditeurs. Nouvel échec.
  

Le totem d'Asmodée

Jusqu'à ce qu'ils frappent à la porte d'Asmodée. A l'époque assez confidentielle, la société ne compte que deux salariés, ses fondateurs. Ils jouissent d'une petite réputation pour avoir déniché Elixir, un jeu de cartes rigolo qui plait aux adultes autant qu'aux enfants.
  
Les locaux d'Asmodée à Viroflay (Yvelines) © Sébastien Sabiron, Le Mouv'
  
L'éditeur mise précisément sur le succès de Jungle Speed auprès des adultes qui à la fin des années 90, ont un peu délaissé le jeu de société, cruellement ringard. Pari gagné : vendu une vingtaine d'euros, Jungle Speed inaugure le concept des "party games", auquels on joue entre amis, en soirée où à l'heure de l'apéro.
   
Edité par Asmodée à partir de 2002, le jeu sort des boutiques spécialisées pour être vendu en grandes surfaces. Il accompagne la croissance de la société, qui passe de deux salariés à 80 et réalise 150 millions d'euros de chiffre d'affaire en 2013. Nicolas Benoist est le directeur marketing d'Asmodée :

Cliquez sur le player © Sébastien Sabiron, Le Mouv'
  
Du fronton de l'entreprise jusqu'aux bureaux de la compta, Jungle Speed s'affiche partout. Même si Asmodée a ensuite lancé plusieurs licences à succès dont Time's Up, basé sur le jeu du chapeau, le jeu du totem reste le moteur de sa croissance rapide.
   
Depuis sa création, le jeu a connu huit éditions, dont une électronique et une en jeu vidéo. Et quand on se balade dans les locaux de la société, on croise des chefs de projet en plein milieu d'une partie de Jungle Speed Safari, le petit dernier de la fratrie.
   
Grosse séance de brainstorming © Sébastien Sabiron, Le Mouv'
  
En réconciliant le public adulte avec les jeux de société, Jungle Speed a permis l'émergence d'un nouveau marché, porté par une création française foisonnante et un nombre impressionnant de nouveaux titres chaque année. Aujourd'hui, les auteurs de Jungle Speed vivent de la création de jeux, ce qui n'est le cas que d'une quinzaine de personnes en France.
   
  
Seul regret : le jeu du totem se vend un peu moins bien à l'étranger (seulement un quart des ventes globales), malgré sa portée relativement universelle. Ce sera le prochain défi d'Asmodée. Déjà présente sur les cinq continents, la société va être rachetée par l'investisseur Eurazeo qui souhaite en faire un acteur global du jeu de société.
   
Suivez Sébastien Sabiron sur Twitter : (@sebsabiron)


  
Photo d'illustration : © Sébastien Sabiron, le Mouv'

 

Survolez les chaussettes pour découvrir les reportages de la série Noël, c'est pas un cadeau.

 

 


Commentaires