Nice, baie des ondes

le Reportage de la Rédaction Lundi 23 septembre 2013

Réécoute
Dernières diffusions
Nice, baie des ondes
La préfecture des Alpes-Maritimes deviendrait-elle le nouvel eldorado du rock français ? Après les règnes de Bordeaux ou Rennes, Nice semble porter à son tour le flambeau de la bonne musique.

 

 

Entre deux matches de l'OGC-Nice, Xavier Monferran écume les bars et les dancefloors, à la recherche du rock de demain. Cliquez ci-dessus pour écouter sa mixtape.

 

 

On ne va pas vous raconter de salade : il y a quelques années encore, Nice ne nous semblait pas, a priori, afficher un gros potentiel rock indé. Dick Rivers, Jenifer... C'était bien, mais il nous manquait quelque chose, une étincelle dans les bafles. Et puis v'là qu'en une poignée de mois la promenade des Anglais a envoyé baladé, en anglais, nos certitudes à deux balles.

 

Ainsi, c'est aujourd'hui que parait le premier album (éponyme) de Griefjoy, et pas la peine de vous dire que nous sommes emballés, nous qui les avions reçus dans Rodéo sur le Mouv' et Popcorn. Les ex-Quadricolor vont balancer leur hymne imparable, Touch Ground, sur toutes les scènes de France.

 

Touch Ground, par Griefjoy © Sony Music, 2013

 

Avant eux, il y eut d'abord les Hyphen Hyphen, souvent croisés au Mouv', jamais égalés. Depuis leur premier EP en 2011 (Chewbacca, I'm your mother), Santa et ses trois copains de lycée ont bien grandi, jusqu'à devenir cet été le deuxième groupe français le plus présent en festivals.

 

Major Tom, par Hyphen Hyphen © Hyphen Hyphen, 2012

 

Les deux formations sont passées par la même pépinière, un révélateur de talents appelé CNRR, nom de code pour "conservatoire national à rayonnement régional". L'établissement dispose d'une section pop, piloté par Fred Luzignant : "Pendant un an, je les écoute, et on agit pas à pas pour sortir de la scène locale."

 

On pourrait citer encore Ninety Story's Company, ou A.Jam, tous nés des embruns azuréens. Il y a du beau monde. On dirait le sud. C'était pourtant bien.

 

Romain Vigna, le patron et programmateur du théâtre Lino Ventura de la ville, est fier d'être enfin jalousé. "Et on a encore des plus jeunes qui arrivent derrière et qui ont au moins autant de talents." Nous les attendons bras ouverts et oreilles aux aguets.

 

Commentaires