Navet expérimental : L' "Orange mécanique" d'Andy Warhol

Un lien pour survivre Vendredi 14 mars 2014

Tout le monde connaît « Orange mécanique », adaptation signée Stanley Kubrick du roman d’Anthony BURGESS en 1971. On connaît moins l’adaptation d’Andy Warhol. Six avant avant Kubrick, Warhol tourne « Vinyl » à la Factory. L’atelier est ouvert depuis un an à peine.

 

Dans les rôles principaux : Gerard Malanga, poète qui fait partie de la garde rapprochée d’Andy Warhol, globalement assez mauvais dans le rôle. À ses côtés, une bombe décadente joue les potiches sans jamais prononcer le moindre mot pendant tout le film : c’est Edie Sedgwick, la grande égérie du maître du Pop Art avant la chanteuse Nico.

À l’époque, toute la petite bande carbure à l’héroïne et au speed. Et c’est dans cette ambiance de fête, de performance et d’expériences en tout genre qu’Andy Warhol tourne ce film…

"Vinyl" est une sorte de navet délicieusement expérimental tourné en trois plans séquences, dans des conditions d’improvisation théâtrales. "Vinyl" est lent, chiant même, mais rien que pour l’ambiance de la Factory qu’il restitue, l’ovni intriguant qu’il demeure et la beauté fragile d'Edie Sedgwick, il vaut le coup d’œil.

Pour en savoir plus sur "Vinyl".

 

Retrouvez tous les liens pour survivre

Abonnez-vous au podcast, RSS et iTunes

Illustration de couverture: DR Capture d'écran

 

Commentaires