Mouv'2020 : Imaginez la FFF dirigée par une femme

Mouv' Futur (2015-2016) Jeudi 12 mars 2015

Réécoute
Mouv'2020 : Imaginez la FFF dirigée par une femme
Une femme à la tête d'une grande fédération olympique dans 5 ans, c'est possible ? C'est la question qu'on se pose aujourd'hui dans Mouv'2020. On est parti d'un constat, les femmes n'ont quasiment pas de poste à responsabilité dans le sport. Mais tout ça pourrait bien changer. Ou pas.

Depuis le début de la cinquième république en 1958, une seule femme a accédé au poste de Premier Ministre : Edith Cresson en mai 1991. Cet état de fait résume à merveille l'état d'esprit des français  vis à vis de la présence de femmes dans des postes à responsabilité. C'est vrai en politique, c'est vrai dans les grandes entreprises et c'est aussi et surtout vrai dans le sport. Chercher ces dames à la tête d'institution, de fédérations sportives olympiques en France, c'est un peu comme chercher une aiguille dans une botte de foin.

Mais selon les sociologues, celà s'explique assez facilement. pour David Sudre spécialiste de la questions'il n'y a aujourd'hui qu'une seule femme à la tête d'une fédération olympique, celle d'ecrime en l'occurence, dirigée par Isabelle Lamour, c'est parce que "le sport a été fait, imaginé, par les hommes pour les hommes." C'est aussi parce que les clichés ont la vie dure poursuit David Sudre."Les valeurs de responsabilité sont plutôt reservées aux hommes dans l'imaginaire collectif". Et à priori, c'est pas demain la veille que ça va changer. 

Plus de femmes dirigeantes, c'est plus de moyens pour le sport féminin

Pourtant certains, ou plutôt certaines, y croient dur comme fer. Des femmes à la tête d'instance sportives il en faut. Et pas seulement pour faire le nombre. Beatrice Barbusse deuxième femme en France à avoir été la présidente d'un club de hand professionnel masculin  en est convaincue, "il y'aura une femme à la tête d'une grande fédération d'ici 2020". Ce que ça pourrait changer ? Tout, explique-t-elle. Celà va produire une espèce d'effet boule de neige. L'équation est très simple. Plus de femmes dirifgeantes, c'est plus de moyens pour les femmes dans le sport, et c'est une plus grande médiatisation et sans doute une plus grande reconnaissance. 

 


 

Photo d'illustration : Le combat des femmes pour diriger dans le sport. Cc Creative Commons

Commentaires