Montréal, place forte du jeu vidéo

Pendant ce temps, à Vera Cruz (old) Mardi 15 octobre 2013

Réécoute
Montréal, nouvel eldorado du jeu vidéo
Montréal renforce encore son statut de capitale du jeu vidéo. Le français Ubisoft et l'américain Warner Bros Games ont annoncé à eux deux la création de 600 emplois supplémentaires. Un secteur florissant grâce au soutien financier du gouvernement québécois.


Marie Laure Josselin a eu l'immense privilège de jeter un oeil aux prochaines productions Ubisoft. Reportage en cliquant ci-dessus.

Vous êtes jeune développeur vous cherchez du boulot et vous n'êtes pas frileux ? Go à Montréal ! Il suffit de charger la page dédiée au recrutement sur le site d'Ubisoft pour se faire une idée : les recruteurs ont droit à leur portrait classieux en noir et blanc et les offres d'emploi foisonnent.

Locaux d'Ubisoft à Montréal / DR
 

Début octobre, Ubisoft annonçait la création de 500 emplois supplémentaires sur cinq ans, ainsi que la création d'un nouveau studio. L'éditeur compte également développer son expertise en technologies de capture de mouvement dans la métropole québécoise.

Trois jours plus tard, WB Games (filiale du géant américain Warner Bros) annonçait lui aussi son intention de recruter 100 personnes pour agrandir son studio montréalais (325 employés à ce jour.)

Batman Arkham Origin, produit par WB Games Montréal et attendu le 25 octobre © WB Games
 

Mais ces créations de postes ne doivent rien à un combo spécial sur la manette d'une X-Box. Si le secteur prospère, c'est surtout grâce au soutien de la Belle Province. Le gouvernement québécois prévoit d'investir 373 miilions de Dollars sur sept ans afin de créer un "pôle d'opérations de jeux en ligne et d'infrastructures".

Ubisoft recevra une aide financière de 9,9 millions de dollars (7,2 millions d'euros) et son concurrent Warner 1,5 millions de dollars (1,1 million d'euros). Le gouvernement signe des chèques non remboursables pour asseoir l'attractivité du Québec, dans un secteur de plus en plus concurrentiel.

Annonce de la première ministre du Québec Pauline Marois, à propos de Warner Bros Games © Radio Canada

Les éditeurs de jeux vidéo bénéficient également d'un crédit d'impôts bonifié (37,5% des salaires.) C'est sa mise en place il y a 16 ans qui a contribué à faire de Montréal le nouvel eldorado du jeu vidéo.

Reportage pour le Mouv' signé Marie-Laure Josselin.

Commentaires