Mon employeur, ce harceleur

Prêt-à-l'emploi Jeudi 15 mai 2014

Réécoute
Mon employeur, ce harceleur
Chaque semaine,"Prêt-à-l'emploi" vous donne de bons conseils pour survivre dans la jungle du monde du travail.

Vous estimez être victime de harcèlement moral ? Tout d'abord, assurez-vous que c'est bien le cas. Parfois, on confond le harcèlement… avec l’exercice du pouvoir hiérarchique.

 

En clair, si votre supérieur vous demande de bosser, ce n’est pas forcément du harcèlement…

Comment savoir si votre employeur vous harcèle (vraiment) ?

L'article L- 1152 1 à 3 du Code du travail définit ainsi le harcèlement :

Aucun salarié ne doit subir les agissements répétés de harcèlement moral qui ont pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d'altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel.


 

  • Votre employeur remet sans cesse en cause votre travail, sans raison.
  • Il vous dénigre régulièrement.
  • Il vous envoie des mails d’insultes. C'est plus rare ; les personnes un brin censées évitent généralement de laisser des preuves écrites de faits pour lesquels elles peuvent être condamnées.

 

Le harcèlement moral est en effet un délit qui peut être puni de deux ans d'emprisonnement et de 30.000 euros d'amende. La plupart du temps, il est difficile à prouver dans la mesure où les pressions sont formulées à l'oral. Pour le dénoncer, il faut donc obtenir des attestations de collègues, ce qui n’est pas évident, car ils ne voudront pas forcément se mettre en danger eux-mêmes.

 

Comment réagir ?

  • Faites tout d'abord constater la situation par un DRH, un représentant du personnel ou du CHSCT, le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail qui existe dans toutes les entreprises de plus de 50 salariés. Même s’il n’est pas directement responsable du harcèlement, l'employeur peut en effet être mis en cause, dans la mesure où il doit garantir la santé des salariés.
  • Vous pouvez aussi saisir un avocat qui fera une mise en demeure, c’est-à-dire qui enverra un courrier formel à votre employeur. Il est parfois possible d'obtenir une consultation gratuite.


Il arrive que certains employeurs se servent de la loi, censée protéger les salariés, contre les salariés eux-mêmes. Ils invoquent alors le fait qu’une personne est un harceleur… pour mieux les renvoyer, comme l'explique Sofiane Hakiki, avocat spécialisé en droit du travail.

 

https://soundcloud.com/elodie-vialle/harcelement-moral

 


L’important dans ce type de situation est de ne pas rester isolés. Vous avez des droits, il vaut donc mieux consulter un avocat. Ça peut, parfois, calmer assez vite les harceleurs.

 


 

> Retrouvez toutes les chroniques "Prêt-à-l'emploi"

> Abonnez-vous au podcast, RSS et iTunes

Commentaires