Moderat, tout ce qui les sépare

Docteur Beat Mercredi 12 février 2014

Réécoute
Moderat, tout ce qui les sépare
Tous les mercredis en compagnie d'Emilie Mazoyer, Docteur Beat passe au scanner l’actualité de la musique électronique et du clubbing. Cette semaine avant leur passage sur la scène du Trianon à Paris, du Transbordeur à Lyon et de l'Aéronef à Lille, le trio berlinois Moderat.

 

Moderat c’est la fusion de deux entités : d’abord Modeselektor, un duo composé de Gernot Bronsert et Sebastian Szary. Et puis Apparat, le nom de scène du DJ, producteur et chanteur Sascha Ring.

En 2002, ces trois vieux potes de la scène techno de Berlin sortaient un maxi ensemble, plus pour casser un peu la routine de leurs projets respectifs qu’autre chose. Et puis plus rien avant 2009 et leur premier album, baptisé Moderat.

Ils s’étaient dits alors qu’ils feraient quelques petits concerts pour accompagner la sortie du disque. Que chacun rentrerait tranquillement chez soi. Mais le succès les a pris par surprise et ils ont tourné deux ans dans tous les coins du monde, devenant ainsi les nouveaux porte-drapeaux de l’underground berlinois. Alors il a fallu s’y remettre et l’été dernier leurs fans ont eu la joie de découvrir, II,  le deuxième album de Moderat avec ce titre, Bad Kingdom.

 

Moderat c’est un attelage étrange, un mariage à trois incongru, un faux trio que tout oppose.

 

 D’un côté il y a Apparat, la figure parfaite du hipster berlinois : bohème, fêtard, qui aime la pop, les synthés aériens et travailler la nuit. De l’autre côté, il y a Modeselektor. Eux ils sont pères de familles mais aussi chef d’entreprise : ils sont à la tête de deux labels, 50 Weapons et Monkeybusiness. Eux aiment les basses profondes, les rythmes saccadés de la jungle, le hip hop et les boîtes à rythmes. Nos trois compères reconnaissent volontiers que leur collaboration n’est pas de tout repos et qu’ils se chamaillent beaucoup !

 

 

Mais ce qui les rapproche c'est d'être les petits frères des pionniers de la scène techno berlinoise. Dans l’excellent livre Der Klang der Familie paru aux éditions Allia, qui raconte l’incroyable aventure de la techno à Berlin, voici ce que disent de cette époque les jeunes DJs et organisateurs de soirées de l’Ouest qui découvraient Berlin-Est :

Au début on était comme des enfants dans un magasin de bonbons. Partout des remises, des petites usines. Toutes vides. A l’Ouest, à l’inverse, tout était bien plein. Ouvrir un lieu sans trop d’argent y était impensable. Là un nouveau monde s’était ouvert où aucune règle n’avait plus cours. Tu actionnais une poignée de porte et tu te retrouvais dans un lieu de 1000 mètres carrés. Et partout où tu avais ouvert, tu pouvais organiser une fête.

 

 

 


 

> Retrouvez toutes les chroniques de Docteur Beat

> Abonnez-vous au podcast : RSS et iTunes

> Suivez Antoine Dabrowski sur Twitter : @DJPomPomBoy

Commentaires