Mieux que le vin bio, les chais bio

le Reportage de la Rédaction Mercredi 25 septembre 2013

Réécoute
Dernières diffusions
Après le vin bio, les chais bio
En Côte-d'Or, une cave viticole révolutionnaire, perchée et en forme d'oeuf, est entièrement autonome en énergie. Une architecture "biodynamique" innovante que le gouvernement cherche à développer. Avec des emplois à la clé.

 

Ah la petite Cécile de Kervasdoué qui boit sous les tonnelles du côté de Dijon ! Son reportage est à écouter en cliquant ci-dessus.

 

Puligny-Montrachet, 424 habitants près de Beaune, en Côte-d'Or. Une terre de vins, parmi les meilleurs blancs de Bourgogne. Le domaine Leflaive se prépare aux vendanges, avec quelques jours de retard, comme partout en France. La météo, toussa toussa... Vous connaissez l'histoire.

 

 

Mais ce qui n'est pas comme partout en France, ce sont les lieux. Les tonneaux prennent place dans une cave hors-sol, quand presque tous les autres viticulteurs enterrent leur vin pour qu'il fermente. Ca n'a rien d'un caprice, ce n'est même pas une question de goût. Simplement, le chais Leflaive est autonome en énergie.

 

La construction de la cave de l'oeuf © Christophe Goussard

 

Un an et demi de construction, et uniquement des matériaux naturels : du bois, de la paille et de la terre. Pas besoin de système d'aération électrique : la menuiserie évacue le CO2 dégagé par la fermentation. Pas besoin de clim' : l'isolation assure un air à 10° environ toute l'année. Le projet se veut "éco-responsable". D'ailleurs le cabinet d'architectes qui l'a initié s'est baptisé "Atelier Zéro Carbone".

 

Les architectes Marine Jacques et Emmanuel Dupont © C. de Kervasdoué

"L'objectif de cette cave", dixit Marine Jacques, l'archi en chef, "c'était d'obtenir les mêmes caractéristiques que les autres caves, mais en n'utilisant que des matières naturelles. Pas de colle, ni de procédé volatil dangereux pour le vin." Des produits souvent à l'origine d'un vilain goût de bouchon.

 

Quant à la forme d'oeuf du bâtiment : "ça offre une très bonne relation cosmo-tellurique". Euh... Pas d'inquiétude, on n'est là que dans du symbolique : le vin se retrouve élevé quelque part entre le ciel et la terre.

 

L'essentiel, c'est le respect de l'environnement. Cette architecture "éco-dynamique" surpasse les normes environnementales actuelles. Emmanuel Dupont, l'archi associé, regrette que la règlementation privilégie les performances (thermiques, énergétiques) sur les sensations (rapports à l'espace, au bâti, à l'humain). Cette cave y remédie.

 

Leur chai a reçu le prix régional de la construction en bois, décerné par le Conseil régional de Bourgogne. Le cabinet d'architectes remplit petit à petit son carnet de commandes. Un éco-hameau est en cours de constructions pas loin de là, à Longecourt-les-Culêtres. C'est un peu plus cher qu'une habitation traditionnelle, mais ça en vaut sans doute la peine : il parait que c'est l'avenir.

 

Le chai éco-dynamique de Puligny-Montrachet © Cécile de Kervasdoué, Le Mouv'

 

Quittons maintenant l'architecture pour un autre mode d'économie positive : la mode. Il existe une cause éco-fashion. On vous le jure. D'ailleurs, Arnaud Racapé, de la rédac' du Mouv', a enquêté sur ces labels "commerce équitable" de la sape. Son reportage, c'est en cliquant ci-dessous :

 

 

Vous pouvez poursuivre le débat avec Philippe Dana et Laurent Kramer. Le Une/Deux du Mouv' prenait place, ce midi, au Havre, en direct du LH Forum, le salon de l'économie solidaire. Vous pouvez réécouter l'émission par ici.

 

Commentaires