Michael Jackson toujours pas en paix

Les trouvailles de Pascal Bertin Mercredi 14 mai 2014

Réécoute
Michael Jackson toujours pas en paix
Deuxième album paru depuis sa disparition en 2009, "Xscape" est avant tout le travail de producteurs qui cherchent à retrouver la touche musicale de son âge d'or. On préférera les versions originales qui figurent sur la version Deluxe du disque. Et toute la génération soul et R&B qui reprend le flambeau.

Comme il aimait lui-même à le dire, chaque titre de ses albums portait en lui une signification sur son contenu. Avec Xscape, on est en droit de suivre les conseils de Michael Jackson même si le titre de son deuxième album posthume ne lui doit sûrement rien. "Escape", comme la sortie, la fuite. Alors, courage, fuyons ? Oui et non.

Oui car les huit morceaux présentés comme inédits ont ait l'objet d'un charcutage en studio par des producteurs, certes respectueux, mais qui ont plus travaillé comme des réanimateurs voués à l'échec que comme des sage-femmes de l'époque d'Off the Wall ou Thriller. Avec Timbaland, L.A. Reid et consorts, c'est du lourd tout droit sorti des chaînes de fabrication de la soul au kilomètre qu'on nous débite.

L'intérêt de Xscape réside plus dans la version dite "De luxe" de l'album où les versions carrossées des nouvelles chansons sont accompagnées de leur version dite originale, soit le chassis, le moteur et les roues mais sans le plastique de production rajouté à la place des bon vieux chromes signés Quincy Jones d'il y a 30 ans. La comparaison de chacune des versions laisse d'ailleurs rêveur sur le résultat des morceaux du vivant de Jackson.

 

 

On se consolera avec ces quelques chansons inégales (mention super cool à "A Place with no Name", chanson empruntée au "Horse with no name" de 1972 du groupe America qui avait fuité quelques jours après sa mort)...

 

 

 

... et surtout, avec l'impressionnant héritage laissé par Bambi, et on ne parle pas de celui légué à sa famille. Non, plutôt de tout le renouveau R&B qui influence le hip-hop des années 2000 et vice-versa, ce hip-hop qui s'inspire de ses productions (n'oublions pas non plus comment les Daft Punk de Discovery l'ont honoré) et des singularités de sa voix toujours aussi étrange. Au delà des imitateurs, une foule d'artistes des années 2000 entretient sa flamme comme The-Dream, DrakeFrank Ocean ou The Weeknd, avec comme parrain l'omniprésent Pharrell Williams qui a toujours avoué son admiration, même s'il n'a jamais eu l'occasion de travailler avec lui, comme il le racontait début mai chez Jimmy Kimmel sur la chaîne ABC.


 

 

Album "Xscape"  (Epic / Sony)


> Suivez Pascal Bertin sur Twitter

Toutes les chroniques Les Trouvailles de Pascal Bertin

Abonnez vous aux podcasts : RSS et iTunes

 

 



Commentaires